•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

83 % des cas de COVID-19 à Toronto sont détectés auprès des minorités ethniques

Des tentes installées près d'un viaduc à Toronto.

La Ville a récemment démantelé les camps et tente de reloger les sans-abri dans des hôtels ou des appartements.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Bien que les différentes minorités ethniques qui ne s’identifient pas en tant que Blancs représentent 52 % des résidents de Toronto, Santé publique Toronto signale qu’elles comptent pour 83 % des cas de COVID-19 dans la Ville Reine.

Ces groupes comprennent les Noirs, les Asiatiques du Sud ou les Indo-Caribéens, les Asiatiques du Sud-Est, les Arabes, les Asiatiques du Moyen-Orient ou de l'Ouest et les Latino-Américains.

Par exemple, la population noire représente 21 % des cas de COVID-19 à Toronto, mais seulement 9 % de la population totale.

Les données montrent aussi que les Arabes, les Asiatiques de l’Ouest et la population originaire du Moyen-Orient comptent pour 11 % des cas, alors que ces minorités ethniques ne composent que 4 % de la population totale de Toronto.

En comparaison, les Blancs constituent 48 % des habitants de Toronto, mais ne comptent que pour 17 % des cas dans cette ville.

Le président du conseil d'administration de la Commission de la santé publique de Toronto, Joe Cressy, ne trouve pas ces données surprenantes.

Joe Cressy, conseiller municipal.

Joe Cressy, conseiller municipal

Photo : Radio-Canada

Les inégalités socioéconomiques étaient présentes bien avant la COVID-19, a-t-il dit en conférence de presse. La COVID-19 a toutefois mis en lumière ces inégalités que nous devons combattre.

Nous avons toujours dit que nous étions tous ensemble contre la COVID-19, mais ces données montrent que nous devons faire mieux.

Joe Cressy, conseiller municipal

La médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa, estime que ces données montrent l’importance de mieux adapter la stratégie de Toronto pour contrer le virus. Elle suggère qu’il faut en faire davantage pour informer ces populations et réaliser plus de tests de dépistage afin de détecter la COVID-19 dans certains quartiers de la ville.

Si nous voulons avoir un vrai impact sur les problèmes de santé de notre population, il faut pouvoir s’attaquer à ce qui cause ces problèmes.

Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto

Il faut penser à des mesures, comme la création de logements abordables, l’accès à un emploi bien rémunéré et un meilleur accès à des études supérieures, ajoute-t-elle.

La médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa.

La médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa

Photo : Radio-Canada

La Dre de Villa estime par ailleurs que l’on doit davantage s'attaquer au problème de racisme systémique afin de combattre plus efficacement le virus.

Les Torontois à faible revenu

Par ailleurs, 27 % des cas de COVID-19 à Toronto sont détectés dans la famille dont le revenu moyen est moins de 30 000 $ annuellement. Cette tranche de la population ne représente toutefois que 14 % des résidents de Toronto. En comparaison, 6 % des cas proviennent de familles dont le revenu moyen est supérieur à 150 000 $, bien qu’elles comptent pour 21 % des Torontois.

60 % des personnes qui ont été hospitalisées des suites de la COVID-19 sont issues d’une famille dont le revenu est inférieur à 50 000 $ par année.

Le maire de Toronto, John Tory, croit pour sa part que, bien que la vérité soit troublante à entendre, il est préférable de la regarder en face.

Ces données montrent la tâche immense qui nous attend si nous voulons atteindre nos objectifs.

John Tory estime par ailleurs que, pour être en mesure de répondre aux besoins de ces populations, il faut un meilleur financement de la part des autres ordres de gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé publique