•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plomb empoisonne silencieusement un tiers des enfants dans le monde, selon l'UNICEF

On voit un garçon sur un monticule de déchets. Il cherche des morceaux à recycler. Un feu brûle à côté de lui. En arrière-plan, la rivière Buriganga.

Un garçon fait brûler des déchets pour tenter de récolter des morceaux de métal, à Dacca, au Bangladesh.

Photo : UNICEF/Shehzad Noorani

Agence France-Presse

Un tiers des enfants du monde, soit jusqu'à 800 millions, souffrent d'empoisonnement au plomb à cause de la pollution de l'air et des eaux, selon les Nations unies, qui alertent jeudi sur cette crise sanitaire massive et jusqu'alors inconnue.

Selon un rapport publié par l'UNICEF (Nouvelle fenêtre) (Fonds des Nations unies pour l'enfance) et l'ONG Pure Earth, près de la moitié de ces enfants vivent en Asie du Sud et sont victimes de cette pollution souvent causée par le recyclage artisanal des batteries de voiture au plomb.

Avec peu de symptômes précoces, le plomb fait silencieusement des ravages sur la santé et le développement des enfants, avec des conséquences potentiellement fatales, assure dans un communiqué Henrietta Fore, directrice générale de l'UNICEF, qui s'alarme de cette intoxication aussi appelée saturnisme.

Selon le rapport, environ un enfant sur trois – jusqu'à 800 millions dans le monde – a un taux de plomb dans le sang égal ou supérieur à 5 microgrammes par décilitre de sang (µg/dL), niveau auquel il faut agir.

Le recyclage informel et non conforme aux normes des batteries au plomb est l'une des principales causes d'empoisonnement au plomb chez les enfants vivant dans les pays à faibles et moyens revenus, qui ont vu le nombre de véhicules tripler depuis 2000, note le rapport.

Les travailleurs des opérations de recyclage dangereuses et souvent illégales ouvrent les boîtiers des batteries, déversent de l'acide et de la poussière de plomb dans le sol et font fondre le plomb récupéré dans des fours bruts à ciel ouvert qui émettent des fumées toxiques empoisonnant la communauté environnante, explique l'UNICEF.

À Manille, des enfants extraient à la main les métaux précieux d’anciens ordinateurs et téléviseurs.

À Manille, des enfants extraient à la main les métaux précieux d’anciens ordinateurs et téléviseurs.

Photo : Reuters / Cheryl Ravelo

Parmi les autres sources d'exposition des enfants, le rapport cite le plomb dans l'eau provenant de l'utilisation de tuyaux faits dans ce métal, l'exploitation minière ou la peinture et les pigments à base de plomb.

Le plomb est une substance toxique. Ce métal entre dans l'organisme par inhalation ou par ingestion, puis se diffuse pour atteindre le cerveau, le foie, les reins et les os. Une exposition aiguë ou chronique à des niveaux élevés entraîne des troubles digestifs, une perturbation des reins, des lésions du système nerveux ou des anomalies de la reproduction.

Les enfants, au système nerveux en plein développement, sont très vulnérables à cette intoxication et leur tendance à porter des objets à la bouche les expose davantage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !