•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour en classe à temps plein à l’élémentaire et à temps partiel au secondaire à Ottawa

Une femme portant un masque bleu sur le visage mesure avec un ruban à mesurer la distance entre deux pupitres dans une salle de classe.

La distanciation physique dans les écoles.

Photo : Getty Images / izusek

Radio-Canada

Le ministère de l’Éducation de l’Ontario a annoncé que la rentrée scolaire se fera à temps plein pour les élèves de l’élémentaire et à temps partiel pour ceux du secondaire dans la région d’Ottawa et de l’est ontarien. Les jeunes de la quatrième à la douzième année devront porter un masque non médical ou en tissu à l’école.

Ceux de la maternelle à la troisième année ne seront pas obligés de porter le masque, mais il sera fortement recommandé dans les endroits communs.

Le gouvernement assure qu’il est prévu que les écoles et les conseils scolaires tolèrent des exceptions raisonnables.

Qui ira à l'école à temps partiel?

Le ministère de l'Éducation a sélectionné des conseils scolaires qui doivent absolument offrir un enseignement à temps partiel au secondaire, une décision qui repose sur plusieurs facteurs qui prennent en compte la taille du conseil scolaire, le nombre et l’effectif des écoles secondaires du conseil scolaire, la taille des cohortes par année pour le palier secondaire et le caractère essentiellement urbain ou non du conseil scolaire, peut-on lire dans un guide de directives.

Ainsi, les élèves qui fréquentent les établissements des conseils scolaires d'Ottawa-Carleton District School Board, d'Ottawa Catholic School Board, du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est et du Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario passeront environ 50 % du temps à l’école.

Les conseils scolaires devront favoriser des cohortes d’environ 15 élèves, présents un jour sur deux ou selon des emplois du temps alternés, soit une fréquentation en personne pour au moins 50 % des journées d'enseignement. Il est recommandé que les jeunes soient toujours avec le même groupe, pour éviter un trop grand nombre de contacts.

Les journées où les élèves ne seront pas en classe, ils devront suivre un enseignement à distance.

Un conseil scolaire francophone de la région pourra offrir une présence à l’école secondaire à temps complet. Il s’agit du Conseil de district catholique de l’Est ontarien.

À l’élémentaire, les enfants de la maternelle à la huitième année iront en classe cinq jours par semaine. Ils devront toutefois limiter leurs contacts. C’est pourquoi ils resteront au sein d’un même groupe de jeunes toute la journée, même pendant la récréation et le repas.

Les mains d'une enseignante qui appuie sur le bouchon d'une bouteille de désinfectant posé sur un pupitre dans une salle de classe.

Un document déposé jeudi donne un aperçu de la nouvelle réalité qui attend les élèves et les enseignants en Ontario.

Photo : Getty Images / izusek

Assurer la santé et la sécurité

En plus du port du masque, bon nombre de règles seront mises en place pour assurer la salubrité et la sécurité à l’école. Le gouvernement mentionne l’autodépistage, l’adaptation de l’environnement scolaire, l’hygiène des mains et la distance physique. Enfin, moins de visiteurs seront tolérés.

Des masques médicaux seront fournis aux enseignants et aux membres du personnel scolaire.

Aux parents de décider

La décision de renvoyer ou non les jeunes à l’école pour l’année scolaire reviendra aux parents, selon le ministère de l’Éducation. Ils pourront également opter pour l’apprentissage à distance. La formation sera assurée par les différents conseils scolaires.

Les élèves ayant des besoins d’éducation particuliers qui ne peuvent pas étudier à distance auront l'autorisation de venir chaque jour à l’école.

Un enfant devant un ordinateur regarde son enseignant écrire des additions au tableau.

Les parents pourront opter pour l'enseignement à distance (archives).

Photo : getty images/istockphoto / pinstock

Le gouvernement estime toutefois que la réouverture des écoles est essentielle pour le développement des jeunes Ontariens et pour permettre à leurs parents d’aller au travail et ainsi permettre le redémarrage de l’économie.

Le gouvernement accorde un financement de 310 millions de dollars, notamment à l’achat de masques et de fournitures de nettoyage, à la formation en santé et sécurité, et au soutien supplémentaire pour les élèves ayant des besoins particuliers.

Le ministère de l'Éducation a reçu des directives en matière de santé publique. Ces directives sont susceptibles d'être réévaluées selon l'évolution de la situation.

Un autre défi pour les parents

Le retour en classe à temps partiel des élèves du secondaire représente un défi supplémentaire de gestion pour les parents.

Sophie Taillefer-Poitras qui réside à Ottawa est mère de deux garçons. Le premier est en neuvième année et le second, en septième. Un ira à temps plein et l’autre à temps partiel, explique-t-elle.

Elle croit que le port du masque sera difficile à appliquer. Je crois que cela va être complexe de leur faire porter toute la journée. Ils ne sont pas habitués, dit la mère de famille.

Elle est malgré tout confiante en vue de la prochaine rentrée scolaire.

Bien reçu de la santé publique

La médecin chef de Santé publique Ottawa n’a pas consulté tout le document du gouvernement de l’Ontario, mais elle se dit satisfaite du fait que le retour en classe est envisagé pour septembre.

La Dre Vera Etches.

La Dre Vera Etches espérait un retour en classe en septembre pour les élèves ontariens (archives).

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer/CBC

La Dre Vera Etches considère que c’est important pour les enfants d’être dans les écoles à l’automne pour leur santé, leur développement, la santé de la famille et pour l’économie.

Elle continuera de travailler avec les conseils scolaires pour avoir un processus rapide en place lorsqu’il y aura un cas de COVID-19 à l’école.

Questionnée pour savoir s’il est envisageable de faire porter un masque toute la journée à un jeune de quatrième année, la Dre Etches répond que cela aurait probablement été très difficile auparavant. Elle soutient que les parents ont un rôle à jouer pour servir de modèle à la jeunesse.

La médecin chef en santé publique conclut en précisant que le masque joue un rôle important pour diminuer les risques de propagation du virus.

Médecin hygiéniste du Bureau de santé de l’est de l’Ontario, le Dr Paul Roumeliotis est lui aussi favorable au port du masque dans les écoles.

Il estime que c’est un moyen efficace de lutter contre le virus. Surtout si une personne qui porte le masque développe des symptômes.

Avec les informations de Frédéric Pepin et Christian Milette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique provinciale