•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Île-du-Prince-Édouard adapte ses plans d'urgence à la COVID-19

Une table de pique-nique au milieu d'un terrain inondé et jonché d'arbres déracinés.

Dorian a causé des dégâts considérables par endroits dans le parc national de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Parcs Canada

Radio-Canada

Si une tempête de la force de Dorian devait s'abattre sur l'Île-du-Prince-Édouard cette année, la réponse des autorités provinciales pourrait être bien différente de ce qu'elle a été l'an dernier.

À l'approche de la saison des ouragans, puis de celle des tempêtes hivernales, l'Organisation des mesures d'urgence (OMU) dans la province insulaire dit adapter ses façons de faire à la nouvelle réalité de la COVID-19.

La coordonnatrice de la gestion des urgences à l'Île-du-Prince-Édouard, Tanya Mullally, ne s'en cache pas : la COVID-19 ajoute un niveau de complexité à son travail.

Ce n'est déjà pas facile de gérer tout ce à quoi nous avons à faire face dans une situation d'urgence. Maintenant, ça va être encore plus compliqué.

Tanya Mullally, coordonnatrice de la gestion des urgences à l'Île-du-Prince-Édouard

En cas de panne d'électricité prolongée, par exemple, l'OMU devra prévoir des abris d'urgence beaucoup plus grands pour permettre l'éloignement physique des sinistrés. L'organisation songe à utiliser des hôtels et de salles de conférence, notamment.

Tanya Mullally demande également aux municipalités de l'Île-du-Prince-Édouard de mettre à jour leurs plans d'urgence en tenant compte des défis supplémentaires liés à la pandémie.

Le chef du service de police de Charlottetown, Paul Smith, encourage ses concitoyens à se préparer. Il prévient les Insulaires qu'en raison des directives de santé publique, ils ne pourront pas tous se ruer en même temps vers les supermarchés et les quincailleries à l'approche d'une tempête.

Nous procrastinons et nous faisons les choses à la dernière minute. À l'ère de la COVID, on ne peut vraiment pas faire ça.

Paul Smith, chef du service de police de Charlottetown

L'OMU pourrait demander à la population d'être prête pour les cinq premiers jours d'une situation d'urgence, au lieu des trois premiers jours. La coordonnatrice Tanya Mullally recommande d'ores et déjà aux Insulaires d'ajouter des masques et du désinfectant à leur trousse d'urgence, et de faire des réserves d'eau, de nourriture et de piles.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Prévention et sécurité