•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université d’Ottawa : des étudiants et professeurs sont inquiets pour la session d'automne

Une étudiante fait des exercices de mathématiques en ligne.

Une coalition d'associations étudiantes et syndicales craint une augmentation de la taille des classes des futurs cours à distance de l'Université d'Ottawa (archives).

Photo : Annie Spratt/Unsplash

Radio-Canada

À quoi ressemblera la session d’automne à l’Université d’Ottawa? La réponse n’est pas encore claire.

Mais un important regroupement d’associations étudiantes et syndicales fait part de ses inquiétudes, après avoir noté des augmentations de la taille des classes et des fusions de sections de cours pour les futurs cours à distance.

On s'est rendu compte que le ratio d’étudiants affiché dans les offres de cours passait dans certains cas de 100 étudiants à 300, 400 voire même 500 , explique Noureddine Mouelhi, représentant syndical de l’Association des professeurs à temps partiel de l'Université d'Ottawa et professeur de philosophie.

Des étudiants dans un amphithéâtre

Les étudiants dans un amphithéâtre, c'est du passé. À la rentrée, la quasi-totalité des cours de l'Université d'Ottawa devrait être donnée en ligne (archives).

Photo : iStock

On a senti le besoin de réagir pour dire à l’administration que de telles pratiques constituent un problème majeur pour l'étudiant mais aussi le professeur, ajoute-t-il.

Dans une lettre envoyée mercredi à Jacques Frémont, recteur et vice-chancelier de l’Université, la Coalition intersyndicale de l’Université d’Ottawa (CIUO) demande à l'établissement de revenir sur cette décision, qui se justifie selon elle par une volonté de faire des économies.

Cette pratique est contraire aux recherches sur le sujet, qui indiquent qu’une éducation à distance de haut niveau nécessite de réduire la taille des groupes d’étudiant.e.s.

Coalition intersyndicale de l’Université d’Ottawa, dans une lettre envoyée au recteur de l'Université d'Ottawa

Des impacts très concrets

Selon Noureddine Mouelhi, le fait que la grande majorité des cours se donnent à distance cet automne ne devrait pas justifier une hausse aussi importante du ratio d'étudiants par classe.

Ça va avoir un impact sur la capacité d’encadrer les étudiants, surtout ceux qui ont des besoins particuliers, sur la capacité de répondre aux questions des étudiants, que ce soit par courriel ou dans les forums de discussion [...] ou encore sur l'organisation des examens, estime-t-il.

Nous pensons aussi que dans bien des cas, des étudiants vivront des situations de stress et de détresse et on n’aura pas le temps de s’en occuper.

Noureddine Mouelhi, représentant syndical de l’Association des professeurs à temps partiel de l'Université d'Ottawa

M. Mouehli regrette aussi que les enseignants n'aient pas été consultés sur cette question.

La session d'automne reste floue à ce stade

Sur son site Internet, l’Université d’Ottawa n’élabore pas encore de plan clair pour la session d’automne. Dans sa dernière mise à jour datant du 10 juillet, elle indique simplement qu'on verra un nombre restreint d’étudiants revenir sur le campus.

L'enseigne de l'Université d'Ottawa.

Le syndicat des professeurs à temps partiel attend davantage de clarté de l'Université à propos de la session d'automne et des modalités de l'apprentissage à distance.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

En mai dernier, l’Université d’Ottawa indiquait déjà que tous [ses] cours, à quelques exceptions près, comprendraient une option d’apprentissage à distance au trimestre d’automne.

Le syndicat de l'Association des professeurs à temps partiel demande à l'Université de fournir aux professeurs les instruments et les outils nécessaires à l'enseignement à distance, ainsi qu'une compensation pour l'accès à Internet à haute vitesse.

L'Université d'Ottawa n'a pas répondu à notre demande d'entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !