•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement d’avion au Yukon : le pilote est en cause, selon l’enquête du BST

Portraits côte à côte d'un jeune homme et d'une jeune femme souriant à la caméra.

Les victimes de l'accident aérien survenu le 6 août 2019, près de Mayo, au Yukon, sont le pilote Shawn Kitchen, de Whitehorse, et la géologue Julia Lane, de Vancouver.

Photo : Facebook

Radio-Canada

La prise de décision du pilote d’un avion de type Cessna 208B Grand Caravan a contribué à l’écrasement de l’appareil en 2019 près de Mayo, au Yukon, conclut le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) dans son enquête indépendante.

L’écrasement de l’avion, qui a fait deux victimes, est survenu le 6 août 2019 dans un canyon situé à plusieurs kilomètres au nord-est de Mayo. 

Le pilote, Shawn Kitchen, 24 ans, originaire de Whitehorse, et la passagère, Julia Lane, 33 ans, de Vancouver, avaient décollé de la piste de Rackla, où sont situés des sites miniers.

Carte géographique montrant les différents sites.

L'écrasement de l'avion a eu lieu sur la rive nord du lac Mayo après son décollage de Rackla en direction du village de Mayo.

Photo : Radio-Canada

L’enquête du BST, rendue publique mercredi, conclut que la vitesse élevée à une basse altitude et une faible visibilité ont réduit la possibilité pour le pilote de trouver des solutions pour éviter de percuter le sol.

Des conditions météorologiques défavorables ont forcé l’appareil, qui était exploité par l’entreprise Alkan Air, à passer en vol aux instruments.

Selon le rapport, le pilote avait déjà effectué un vol le long de la même route, dans des conditions météorologiques similaires, ce qui a influencé sa décision de voler à basse altitude malgré un terrain montagneux.

Par ailleurs, le BST indique que les alarmes sonores du système d’avertissement en cas de risque d’impact n’ont pas suffi à avertir le pilote de la présence d’un terrain ascendant, puisqu’il avait déjà entendu plusieurs alarmes semblables précédemment ou les avait mises en sourdine.

Shawn Kitchen avait environ 1695 heures de vol à son actif. Selon le BST, il avait rejoint Alkan Air en avril 2016 et détenait une formation de commandant de bord du Cessna Caravan depuis le 11 mai 2019.

À la suite de l’accident, le transporteur Alkan Air a apporté plusieurs modifications, entre autres, à son plan d’intervention d’urgence et à ses règles d’exploitation des modèles d’avion Grand Caravan.

Les pilotes de Cessna 208B Grand Caravan qui ont effectué moins de 2000 heures de vol doivent désormais être accompagnés d’un second membre d’équipage. Les nouveaux commandants doivent quant à eux s’acquitter des fonctions de second membre d’équipage pendant une saison.

Un avion sur une piste d'atterrissage devant des montagnes et deux personnes qui marchent.

Le transporteur Alkan Air utilise le Cessna Grand Caravan, comme celui-ci, pour le transport de passagers ou de matériel vers, entre autres, des sites miniers.

Photo : Alkan Air

Poursuite judiciaire

Au début du mois de juillet, le mari de la passagère, Julia Lane, Ryan Gandy, a porté l’affaire jusqu’à la Cour suprême du Yukon, affirmant que le pilote, Shawn Kitchen, et la compagnie Alkan Air avaient fait preuve de négligence. Il réclame des dommages et intérêts pour la mort de sa femme.

Il reproche, entre autres, à l’entreprise de ne pas avoir installé de système d’avertisseur d’obstacles dans le type d’appareil utilisé.

Ryan Gandy blâme aussi le pilote d’avoir emprunté un chemin dangereux sans en avoir adéquatement évalué les risques.

Mercredi, la présidente d’Alkan Air, Wendy Tayler, a affirmé dans un communiqué qu’il était inapproprié pour l’entreprise de commenter l’accident, le rapport du BST ou tout autre sujet.

Nous apprécions les efforts du Bureau de la sécurité des transports dans l’élaboration de ce rapport et notre entreprise et notre industrie continuons de travailler ensemble pour garantir la santé et la sécurité de nos employés et de nos passagers, indique l’entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !