•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les commerçants de Rouyn-Noranda divisés face à la prolongation du centre-ville piétonnier

Des piétons marchent sur la rue Principale de Rouyn-Noranda, décorée.

Le projet de rues piétonnes au centre-ville de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Marc-Olivier Thibault

Les commerçants du centre-ville de Rouyn-Noranda sont en mode proactivité depuis que la municipalité a annoncé que le projet de rues piétonnes était prolongé jusqu’en septembre prochain. Certains vont se lancer dans des projets d’aménagement pour leur magasin, d’autres offriront des spéciaux afin de participer à la vie de quartier.

La Ville a partagé les résultats du sondage mardi en soirée. 127 commerçants y ont participé et 67 se sont dits en faveur de la prolongation du projet, alors que 60 ont voté contre.

De nombreux commerçants sont mitigés, dont la propriétaire de L Boutique Mode, Marianne Jolette. On a perdu des clients, mais on en a gagné d’autres qui ne nous connaissaient pas, dit-elle. Des gens qui ne seraient pas rentrés chez nous et qui ont consommé et qui vont revenir. Et à l’inverse, des clients qui venaient et qui ne viendront plus magasiner ici.

Marianne Jolette, comme de nombreux autres commerçants, est incapable d’affirmer si le centre-ville piétonnier est bon ou pas pour son entreprise, puisque cet été, rien n’est normal, il y a beaucoup de nouveaux paramètres. Alors difficile de chiffrer l’impact du projet sur ses ventes.

De bonnes et de moins bonnes affaires

Pour certains entrepreneurs, l’aventure piétonnière est tout à fait positive. C’est le cas chez Pronature, qui a vu ses chiffres de ventes augmenter, tout comme les nouveaux visages en magasin. Même scénario chez Tatouage le Wendigo, où l’on constate qu’avec les rues piétonnes, les gens prennent le temps de découvrir les commerces du centre-ville.

Ce qui n’est pas le cas quand les citoyens circulent en voiture, explique le propriétaire de la boutique, Marc-André Boucher-Vachon. Le fait qu’il n’y a pas de véhicule stationné, il y a plus de personnes qui passent à pied… des petites familles et tout ça. Alors ils entrent et posent des questions. C’est juste bon pour le commerce , explique le tatoueur.

À quelques pas de là, l’expérience est moins réjouissante, raconte Martine Collard, qui travaille à la Hutte aux Herbes.

Des passants traversent la rue à l'angle Principale et Gamble à Rouyn-Noranda.

Le projet de rues piétonnes au centre-ville de Rouyn-Noranda

Photo : Radio-Canada / Emily Blais

Elle affirme perdre des clients depuis que le centre-ville est piétonnier. À cela s’ajoutent des plaintes et des annulations de rendez-vous. On a quelques plaintes. Des personnes âgées qui viennent ici et qui ont tourné de bord parce que c’était trop loin. Marcher avec leur sac, ils ne se voyaient pas... Ils n’étaient pas capables. Ils nous ont appelés et ils nous ont même chicanés , se désole Martine Collard.

Améliorations nécessaires

Selon les commerçants rencontrés, le projet nécessite des améliorations. Steven Loranger, conseiller aux Fantaisies Cristallines, a quelques idées qu’il propose à la municipalité.

Premièrement, avec les journées chaudes, peut-être ajouter des postes pour s’hydrater. Autre idée : un système de navette. Je sais qu’il y a des stationnements à l’aréna, mais un système de navette comme à Osisko en lumière serait intéressant. L’animation aussi, je sais que la Ville commence à en mettre plus , explique Steven Loranger.

2800 résidents de Rouyn-Noranda ont répondu au sondage et 70 % d’entre eux se sont dits en faveur de la prolongation du projet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Commerce