•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une famille de l'Î.-P.-É. réclame un allergologue à temps plein

Une mère assise sur le sofa avec son garçon sur ses genoux.

Stephanie Keith et son fils Sawyer.

Photo : CBC / Stephanie vanKampen

Radio-Canada

La mère d'un enfant de l'Île-du-Prince-Édouard qui souffre de plusieurs graves allergies alimentaires dénonce un manque de services dans sa province. Stephanie Keith dit que l'absence d'un allergologue à temps plein oblige sa famille à se déplacer régulièrement en Nouvelle-Écosse.

Le petit Sawyer, âgé de 18 mois, souffre d'une allergie mortelle au lait, aux arachides et aux œufs.

Un allergologue a recommandé à la mère de l'enfant de lui faire subir un traitement d'immunothérapie afin d'atténuer ses allergies. Le petit garçon reçoit une petite dose quotidienne de farine d'arachide afin que son corps s'habitue progressivement à la substance.

Le traitement exige que Sawyer voie un médecin spécialiste toutes les deux à trois semaines pour les trois prochaines années.

Or, l'Île-du-Prince-Édouard n'a pas d'allergologue à temps plein. La famille du bambin doit donc se rendre en Nouvelle-Écosse, dans une clinique spécialisée à Halifax, pour ses rendez-vous médicaux.

C'est cher! Ça coûte de l'argent pour le pont, ça coûte de l'argent pour l'essence. Le simple fait de pouvoir [suivre le traitement] ici serait tellement plus pratique.

Stephanie Keith, mère d'un enfant souffrant d'allergies

Stephanie Keith souhaite que l'Île-du-Prince-Édouard recrute un allergologue à temps plein.

La mère du petit Sawyer dit que sa vie a complètement changé à la suite du diagnostic de son fils. Les rendez-vous médicaux hors province, dit-elle, consomment une grande partie du temps et du budget de sa famille.

Gros plan sur le visage souriant d'un petit garçon.

Sawyer doit voir un médecin spécialiste toutes les deux à trois semaines pour les trois prochaines années.

Photo : CBC / Stephanie vanKampen

L'Île-du-Prince-Édouard compte sur un spécialiste hors province qui voit des patients quelques jours par année à l'hôpital de Charlottetown. Selon l'agence provinciale de la santé, les besoins des Insulaires ne sont pas suffisants pour justifier une embauche à temps plein. Les cas plus complexes sont donc dirigés vers Halifax.

Le groupe d'intérêt national Allergies alimentaires Canada fait aussi pression sur la province insulaire pour qu'elle embauche un allergologue à temps plein. Dans son plan d'action pour 2019, le groupe réclame une augmentation du nombre d'allergologues dans tout le pays.

L'agence de la santé de l'Île-du-Prince-Édouard indique, par ailleurs, qu'il existe des programmes d'aide financière pour les déplacements médicaux hors province.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !