•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’incertitude toujours aussi vive pour la rentrée scolaire 2020 au Nouveau-Brunswick

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Une famille souriante avec deux jeunes enfants.

La famille Lapalud.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des masques et des appareils électroniques obligatoires pour certains, des changements d’horaires ou de moyen de transport pour d’autres. Les parents d’enfants d’âge scolaire se demandent encore aujourd’hui à quoi ressemblera la rentrée cette année au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé plusieurs mesures pour la rentrée de septembre, mais un flou demeure pour les familles.

Magali et Gregory Lapalud font partie de ces parents inquiets. Ils indiquent qu’ils vont toutefois s’adapter sans savoir vraiment à quoi s’attendre.

On n’a pas de justifications. C'est voilà le plan. Mais nous, de notre côté, quand on reçoit l’information et qu’on essaie de la comprendre, on se dit : je ne comprends pas, ça ne fait pas de sens.

Magali Lapalud, mère de famille

On manque d’information sur la façon dont on va organiser la journée, sur le réel contenu pédagogique, sur notre part dans l’éducation des enfants, ajoute le père de la famille, Gregory Lapalud. On aura plus de rôles à jouer qu’avant, mais on n’est pas formés pour ça.

L’une des préoccupations les plus importantes, c’est la façon d’assurer la distance physique dans les écoles.

On va les priver de récréation, de partager avec d’autres enfants. Mais cet enfant-là, il est en contact avec ses frères et sœurs, qui sont en contact avec leur bulle de classe, avec leur bulle de sport, avec la bulle professionnelle des parents, avec la bulle de l’enseignant , énumère Magali Lapalud.

En fait, toutes les bulles se recoupent, et au final, on les prive. Donc je ne comprends pas le sens de priver nos enfants qui ont vraiment besoin de ça, conclut-elle.

Enfant à besoins particuliers

Pour Martine Locas, une seconde mère néo-brunswickoise, la tâche s’annonce complexe pour sa fille avec des besoins particuliers.

Pendant la pandémie, on disait aux parents de bien expliquer c’est quoi à leurs enfants, dit Martine Locas.

Une femme à l'air serieux.

Martine Locas est mère de quatre enfants.

Photo : Radio-Canada

Mais quand tu as un enfant à besoins particuliers, c’est difficile de leur faire respecter la distanciation. Ils ne sont pas conscients totalement de ce que ça implique , poursuit-elle. Non, tu ne peux pas aller faire un câlin à cette personne. Je sais que tu l’aimes beaucoup cette personne-là, mais tu ne peux pas aller lui faire un câlin et un bisou.

Martine Locas, qui est aussi mère de quatre enfants, se questionne aussi sur la richesse de la matière que ses enfants recevront, alors que les critères d’embauche des professeurs ont changé. Ils demandent de l’aide supplémentaire pour la suppléance des enseignants. Moi, ça m'amène un questionnement un peu plus loin (...) après, ça va être quoi, la qualité de l’enseignement?

Le compte à rebours est activé pour répondre aux questions, puisque la rentrée scolaire 2020 doit se faire de manière progressive du 8 au 11 septembre, pour tous les niveaux.

D’après le reportage de Laurianne Croteau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !