•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les animaux de la Ferme expérimentale se préparent au retour des humains

Le Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada rouvre ses portes au grand public le 1er août.

Un gros plan d'une tête d'un mouton.

Les employés du Musée de l’agriculture et de l'alimentation du Canada ont dû s'assurer que les animaux soient prêts à revoir le public.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Les animaux du Musée recevront donc, samedi, leurs premiers visiteurs après plusieurs mois de confinement. Comment l’équipe les prépare-t-elle au retour des enfants et des adultes?

Les couloirs des bâtiments de la Ferme expérimentale, au coeur du site du Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, sont presque déserts et, surtout, très silencieux. Ce sont les mêmes visages, peu nombreux, qui y circulent depuis mars.

Désormais, lorsque les animaux entendent des bruits de pas, ils lèvent automatiquement la tête pour saluer la personne qui viendra peut-être les cajoler ou leur donner une gâterie.

Avec le manque de visiteurs, ils sont presque plus excités de voir quelqu’un passer! Ils veulent toujours un petit peu plus d’attention ou bien un peu plus de nourriture et [à la réouverture], je pense qu’ils vont vraiment apprécier cette compagnie , prévoit Caroline Reekie, assistante en éducation et interprétation au musée.

Une femme portant un chemisier rouge et des lunettes sur sa tête, parle à la caméra. Un âne est dans un enclos, en arrière-plan.

Caroline Reekie, assistante en éducation et interprétation au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Les ânes ont particulièrement hâte de revoir les humains, soutient-elle. Ils sont toujours le long de la clôture lorsqu’ils voient des gens marcher aux alentours , ajoute Mme Reekie en riant.

Ne pas toucher, S.V.P.

Or, la réouverture du musée sera néanmoins une adaptation pour tous.

L’assistante en éducation et interprétation signale que le public devra lui aussi se familiariser avec une nouvelle expérience de visite puisque, pour des raisons de santé et de sécurité, personne ne pourra toucher aux animaux jusqu’à nouvel ordre. Les activités interactives, dont le brossage des veaux, sont également suspendues pour le moment.

Une affiche qui mentionne : « Règle COVID-19 : Défense de toucher ou de nourrir les animaux » en anglais et en français.

Jusqu'à nouvel ordre, il n'est pas possible de nourrir ou de flatter les animaux au Musée de l'agriculture et de l'alimentation du Canada.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

De plus, si certains animaux semblent déjà disposés à retrouver les cris et l’agitation des familles qui fourmillent habituellement sur le site, d’autres, comme les bébés du printemps, seront probablement plus nerveux.

Depuis le début de la pandémie, c’était une inquiétude de l’équipe : comment ces animaux-là vont-ils pouvoir s’ajuster lorsque le public reviendra sur notre site?

Caroline Reekie, assistante en éducation et interprétation au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada

Apprivoiser les nouveau-nés… sans public

Un poussin tenu dans les mains.

Des poussins sont encore tout récemment venus au monde au Musée de l'agriculture et de l'alimentation du Canada.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Au cours des derniers mois, La Ferme expérimentale a accueilli bon nombre de nouveaux pensionnaires. Les veaux, les agneaux, les chevreaux et les poussins nés durant la pandémie ont toutefois grandi dans des conditions différentes des bébés des années précédentes.

Ils n’ont pas eu le contact avec les visiteurs. Oui, ils ont eu des contacts avec les fermiers et les fermières ici, au musée, mais ce n’est pas tout à fait pareil en terme de volume de personnes avec qui ils interagissent , fait valoir Mme Reekie.

Au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada, les animaux doivent toutefois s'accoutumer à la proximité des humains, même si les visiteurs ne pourront les flatter avant quelque temps encore.

Un veau de couleur brune couché sur la paille.

Ce veau est né le 15 juillet 2020 au Musée de l'agriculture et de l'alimentation du Canada.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Ils vont rester au musée plusieurs années, [donc il faut] qu’ils soient [habitués], qu’on puisse bien les manipuler et en sécurité, mais [c'est] aussi pour leur bien-être, pour qu'ils se sentent bien.

Caroline Reekie, assistante en éducation et interprétation au Musée de l’agriculture et de l’alimentation du Canada

Mme Reekie croit que les veaux, entre autres, auront besoin d’un peu plus de temps pour s’acclimater au bruit et à la circulation des gens. Ils sont tellement habitués à être au calme dans '' l’aire des veaux ’’, mais ils vont s’habituer très vite , avance-t-elle.

Les employés de l’institution ont dû passer plus de temps qu’à la normale à cajoler et nourrir les nouveau-nés pour s’assurer qu’ils soient bien apprivoisés. Ils leur ont donné le biberon, les ont habitués à être touchés, à porter le licou ou encore à se promener en étant attachés.

Avec la petite équipe qui est demeurée sur le site, c’était difficile de faire comme s’il y avait beaucoup de visiteurs , indique néanmoins l'assistante en éducation et interprétation.

La ferme, différemment

Deux chèvres ans un enclos.

Les animaux adultes ont eu besoin d'être stimulés régulièrement pour pallier au manque de visiteurs au musée.

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Ce printemps, tous les animaux adultes accoutumés au contact humain ont dû quant à eux être stimulés régulièrement pour éviter qu’ils n’en perdent l’habitude.

Caroline Reekie est toutefois convaincue que ces derniers réagiront positivement lorsque le Musée rouvrira ses portes au grand public le 1er août.

Je pense qu’ils sont excités et qu’ils vont vraiment bien se sentir, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Animaux