•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des partys à l'origine de nouveaux cas de COVID-19

Un cocktail de couleur orange est déposé en bordure d'une piscine

La contamination a eu lieu lors de party de piscine.

Photo : iStock

Les fêtes et les rassemblements privés sont à l’origine de quelques éclosions de COVID-19 dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches.

Au moins cinq personnes ont contracté la maladie après avoir participé, dans les derniers jours, à un party dans la MRC des Etchemins.

Ça a commencé avec un party de piscine. Il y a eu deux personnes malades. Ça a généré autour de 16 contacts et cinq cas positifs pour le moment, affirme la directrice de la santé publique de Chaudière-Appalaches, Liliana Romero.

Les personnes qui ont participé à ce rassemblement ont un profil similaire, selon l’enquête menée par les autorités.

Ce sont de jeunes personnes de 20 à 30 ans. Ce sont des personnes de la population active qui voulaient profiter de l'été, mais qui n'ont pas respecté la distanciation sociale, explique la docteure.

Le nombre de cas positifs lié à ces personnes pourrait également augmenter au cours des prochains jours.

Il y avait beaucoup de rassemblements. Il y avait le party de piscine. Il y a aussi eu des rassemblements dans des restaurants du secteur. Après, il y a eu d'autres partys avec les mêmes personnes, souligne-t-elle.

À Québec aussi

Les rassemblements privés semblent aussi poser problème sur la Rive-Nord.

Selon le CIUSSS de la Capitale-Nationale, 16 nouveaux cas seraient liés à une contamination communautaire.

Ils forcent encore davantage de personnes à s’isoler.

On est à plus de 40 cas contacts qui ont été en relation avec ces 16 personnes positives. On a dû faire des enquêtes et demander l'isolement de toutes ces personnes pour 14 jours , explique la coordonnatrice de la Santé publique au CIUSSS, Nathalie Beaulieu.

Séquelles chez les jeunes

Même si le taux de mortalité est beaucoup plus bas chez les jeunes que chez les personnes âgées, le virus peut quand même laisser des séquelles.

Nos jeunes vont avoir quand même des conséquences au niveau des céphalées, maux de tête qui vont perdurer, la fatigue chronique s'installe. Il y a même des gens qui n'ont pas retrouvé le goût , illustre Nathalie Beaulieu.

Les autorités rappellent que le virus est toujours présent et qu’il faut respecter les règles de distanciation sociale.

Personne n'est à l'abri de ce virus. Les deux territoires où on a des éclosions étaient épargnés lors de la première vague. On a eu, lors de la première vague, un seul cas aux Etchemins , souligne Liliana Romero.

On oublie et on va avoir des fois des comportements qui font en sorte qu'on transmet la maladie, comme se passer un ustensile, échanger une bière, un verre, même un joint. Il faut être prudent. La salive a une capacité de transmission très importante , ajoute Nathalie Beaulieu.

Au début de la semaine, la vice-première ministre a mis en garde les plus jeunes puisque la santé publique observe une tendance inquiétante chez les 15 à 34 ans.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Coronavirus