•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque obligatoire à l'extérieur séduit de plus en plus de villes

Des Espagnols portant des masques dans la rue.

L’Espagne impose le port obligatoire du masque aux piétons depuis la fin du mois de mai, comme à Madrid, épicentre de l'épidémie.

Photo : afp via getty images / PIERRE-PHILIPPE MARCOU

Maud Cucchi

Alors que le port du masque a été adopté récemment dans les lieux publics clos au Canada, il est déjà devenu un précieux allié pour nombre de municipalités de par le monde. Banff, Hong Kong, La Rochelle, Le Touquet, une à une, ces villes imposent de porter le couvre-visage jusque dans leurs rues pour endiguer la hausse des cas de coronavirus.

Le conseil municipal de Banff, en Alberta, imposera le port du couvre-visage à l'extérieur, sur un tronçon de la rue principale de la ville habituellement très prisée des touristes. Cette obligation entre en vigueur vendredi alors que le nombre de cas de COVID-19 augmente dans la province depuis deux semaines.

Les contrevenants au règlement municipal s’exposent à une amende de 150 $.

Le resserrement des mesures sanitaires touche aussi la France, et plus particulièrement les stations balnéaires, où le port du masque fait des émules. Plusieurs villes touristiques et certaines régions, comme la Mayenne, le recommandent ou le rendent obligatoire.

Au Touquet, station huppée du nord de l’Hexagone, les passants doivent porter un masque dans la zone du marché local. L’obligation s’étendra à tout le centre-ville à compter du 1er août.

Plusieurs autres communes touristiques, comme Annecy, Perros-Guirec, Paimpol ou encore Binic-Étables-sur-Mer, ont rendu le port du masque obligatoire dans le périmètre des marchés hebdomadaires.

À Troyes, dans l'Est, la ville recommande le masque dans l’ensemble des voies ouvertes à la circulation publique, considérant que le respect d’une distance d’un mètre entre les individus dans les lieux de rassemblement demeure épisodique et favorise de facto la propagation virale.

Mercredi, le ministre français de la Santé, Olivier Véran, a publiquement recommandé le port du masque en extérieur. Pour l'instant, [cette situation] arrive territoire par territoire en fonction de la situation sanitaire, a-t-il indiqué devant des journalistes.

Le ministre dit s’aligner sur les recommandations de l’OMS et les preuves démontrant un risque sérieux de transmission par l’air de la COVID-19.

Les chiffres communiqués quotidiennement par les autorités sanitaires françaises font état d'une accélération des cas de contamination au coronavirus.

Des piétons masqués traversant la rue à Hong Kong

Tous les piétons doivent porter un masque dans la rue à Hong Kong, depuis le 29 juillet, sous peine de recevoir une amende de 5000 $.

Photo : afp via getty images / ANTHONY WALLACE

À Hong Kong, les 7,5 millions d'habitants de cette ville très densément peuplée ont obligation de porter un masque en public depuis mercredi. Les rassemblements de plus de deux personnes - à l'exception des familles - ne sont plus autorisés. Et des amendes de 860 $ sont prévues en cas d'infraction.

De toute façon, 99 % des gens portent un masque en intérieur, comme en extérieur, depuis janvier, témoigne Louis Lafrenière, un expatrié québécois qui travaille dans l’industrie de l’aviation à Hong Kong depuis près d'un an et demi.

Les gens, ici, ne se battent pas comme en Amérique du Nord, précise-t-il en faisant référence aux manifestations antimasque qui font rage en Amérique du Nord.

En Espagne, l'un des pays les plus touchés par la pandémie, le port obligatoire d’un masque à l'extérieur a été imposé par le gouvernement dès le 21 mai. Quelques exceptions concernent néanmoins les enfants de moins de 6 ans et les personnes effectuant une activité sportive.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International