•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ministre de la Santé albertain n’a plus la confiance de ses médecins

Le ministre de la Santé, Tyler Shandro au pupitre.

Le ministre de la Santé, Tyler Shandro (archives)

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Audrey Neveu

La majorité des médecins albertains n’ont plus confiance en Tyler Shandro, le ministre de la Santé, selon un vote organisé par l’Association médicale de l’Alberta (AMA). Cette dernière représente environ 95% des médecins de la province.

Selon l’AMA, 98 % de leurs membres qui ont voté lors du référendum, qui a eu lieu entre le 21 et le 28 juillet, ont indiqué qu’ils ne croient plus pouvoir travailler avec le ministre Shandro.

Le taux de participation s'élève à 66,6 %, soit 8934 sur un total de 13 405 membres. Parmi les votants, 137 ont dit avoir confiance en M. Shandro (1,53 %). Par ailleurs, 57 personnes se sont abstenues (0,64 %).

Depuis l’automne dernier, la relation est très tendue entre les médecins albertains et le ministre de la Santé, Tyler Shandro.

Elle s’est passablement détériorée lorsque celui-ci a annulé unilatéralement l’entente-cadre avec les médecins, en février, et imposé des changements importants à leur rémunération. En réponse, l’AMA a lancé une poursuite de 255 millions de dollars contre la province.

Les médecins n’ayant pas le droit de grève, ils n’ont pas beaucoup d’options, selon la présidente de l’AMA, Christine Molnar.

[Avec ce vote de censure], les médecins veulent envoyer le message que les choses ne fonctionnent pas en ce moment , affirme-t-elle. Le manque de confiance envers le ministre de la Santé en raison de son comportement, son manque de leadership, la direction qu’il a prise et l’imposition d’une réforme de santé aux médecins [sans leur consentement] sont inacceptables pour les médecins.

Christine Molnar réclame une rencontre avec le premier ministre, Jason Kenney, pour sortir de l’impasse.

Jason Kenney défend Tyler Shandro

Interrogé en conférence de presse de fin de session parlementaire, Jason Kenney a défendu son ministre de la Santé. Tyler Shandro a fait un travail fantastique, a-t-il lancé.

Jason Kenney a évité de dire s’il allait rencontrer les médecins comme ils le demandent.

Nous sommes responsables de 4 millions de personnes en Alberta, pas de [13 000] membres d’un groupe d’intérêt spécial , a-t-il plutôt répondu. Nous avons un mandat pour gérer les finances de la population de manière responsable. Nous ne pouvons pas permettre que la rémunération des médecins continue d’augmenter de 6 % par année, particulièrement quand l’économie est en crise.

La spécialiste du droit de la santé à l’Université de Calgary Lorian Hardcastle croit toutefois que le premier ministre aurait intérêt à changer Tyler Shandro de ministère. Je ne crois pas qu’il y aura de progrès sur les réformes et les économies en santé que veut faire le gouvernement Kenney, si la relation entre les médecins et le ministre est si toxique, affirme-t-elle.

De son côté, la chef du Nouveau Parti démocratique et ancienne première ministre albertaine Rachel Notley ne croit pas que le fait de demander à Jason Kenney d’intervenir changera quoi que ce soit à la situation. Selon elle, les médecins devraient plutôt obtenir l’appui clair de la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !