•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique prévoit un retour à temps plein en classe à la rentrée

Des enfants écrivent dans des cahiers.

Les élèves avaient pu effectuer une rentrée graduelle et facultative en juin dernier en Colombie-Britannique.

Photo : Getty Images / Ridofranz

Le ministre de l’Éducation de la Colombie-Britannique annonce que la plupart des élèves de la maternelle à la 12e année retourneront à temps plein en classe dès le 8 septembre.

Il souligne que des mesures et des ressources supplémentaires seront mises en place pour prévenir la propagation de la COVID-19, ce qui permettra à la province d’aller de l’avant avec son plan de reprise des classes.

La salle de classe est une part essentielle du développement social, scolaire et mental de l’enfant, et c’est pourquoi nous travaillons fort pour nous assurer que les élèves peuvent passer la prochaine année de manière sécuritaire en classe avec leurs enseignants et leurs camarades de classe, déclare le ministre Rob Fleming par voie de communiqué mercredi. 

Nous avons été la seule province au Canada à rappeler les élèves en classe dans toute la province avant la fin de l’année scolaire et cela nous a donné de l’information précieuse que nous utilisons pour élaborer nos plans en nous assurant que la santé et la sécurité demeurent primordiales.

Rob Fleming, ministre de l’Éducation de la Colombie-Britannique

Des groupes d’apprentissage

La province précise aussi que les élèves seront placés en groupes d’apprentissage, comme le recommande la santé publique. Ainsi, elle s’attend à réduire le nombre de personnes avec qui les élèves et le personnel seront en contact, ce qui réduira également le risque de transmission et rendra plus facile le traçage des cas de contamination.

Ces groupes seront constitués d’un maximum de 60 élèves au primaire et à l’école intermédiaire, et d’un maximum de 120, au secondaire. 

Retourner en classe est important pour appuyer de nombreux parents afin qu’ils soient capables de travailler, mais nous devons le faire de manière sécuritaire, indique pour sa part la médecin hygiéniste en chef de la province, Bonnie Henry.

Cette dernière croit à ce plan dans la mesure où la transmission communautaire de la COVID-19 restera limitée. Elle ne s’avance toutefois par sur le nombre de cas qui forcerait les autorités de la santé à se raviser, car il n’y a pas, selon elle, de nombre magique

Nous de pouvons pas prédire l’avenir. Nous prévoyons un certain nombre de situations. S’il y a une augmentation des cas, nous réviserons le plan.

Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Elle insiste, tout comme le ministre de l’Éducation, sur le fait que la fermeture des écoles au début de la pandémie avait eu des conséquences importantes pour les parents, qui ont tenté de concilier travail et école à la maison.

La fermeture des écoles peut avoir un impact de longue durée pour les enfants, fait valoir Mme Henry, ajoutant que certains jeunes ont vécu de l’anxiété et des problèmes de santé mentale en raison du confinement.

De l'argent supplémentaire

Une somme de 45,6 millions de dollars sera investie de manière ponctuelle pour aider les commissions scolaires et les écoles indépendantes à commencer l’année. L’argent doit servir à augmenter le nettoyage des surfaces où les contacts sont nombreux et le nombre de stations pour le lavage des mains. Il pourra aussi servir à offrir des masques en cas de demande ainsi qu’à implanter d’autres mesures.

Rester attentif aux symptômes

La province invite aussi les élèves, les enseignants et les parents à être attentifs à tous les symptômes de la COVID-19. Les masques ne seront pas obligatoires, mais recommandés dans les situations où la distanciation physique sera impossible.

Trop tôt et trop vite, dit le syndicat des enseignants

Le syndicat des enseignants de la Colombie-Britannique (BCTF) estime que la province va trop vite avec son annonce de mercredi et déplore que bien des questions restent sans réponse.

Les enseignants et les employés de soutien ont besoin de temps en septembre pour se préparer aux nouvelles structures et aux nouveaux protocoles de santé et de sécurité, selon lui.

La BCTF demande notamment des précisions sur le modèle d’apprentissage en groupes et souhaite que ces derniers soient plus petits.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Éducation