•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Expérience touristique à l'ère de la COVID-19 : la patience est de mise

Des touristes font la file devant un commerce.

Des touristes doivent faire preuve de patience avant de pouvoir entrer dans certains commerces de Carleton-sur-Mer.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Sans surprise, la pandémie de COVID-19 modifie l'expérience des touristes de passage en Gaspésie. Les visiteurs, comme la population locale, doivent souvent s'armer de patience et mieux planifier leurs déplacements.

C’est de l’adaptation, mais c’est mieux que rien!, lance une touriste dans la file d’attente de la boulangerie de Carleton-sur-Mer. Habituellement, on aurait attendu à la caisse, poursuit-elle, la différence maintenant c’est qu’on attend à l’extérieur, ce n’est pas si pire.

La dynamique est très différente, admet un client lui aussi en attente d’un café matinal. C’est différent partout en fait, mais ça n’empêche pas d’avoir du fun.

Des touristes font la file dans un commerce.

Ces touristes font la file pour commander un café.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Malgré les files d'attente, le port du masque et la nécessité de réserver dans plusieurs restaurants, les touristes rencontrés à Carleton-sur-Mer considèrent tout de même que leurs vacances dans la péninsule sont satisfaisantes.

La Montréalaise Alice Bocquet, en vacances en Gaspésie depuis quelques jours, relativise la situation.Il y a un peu plus de queues partout, dit-elle, mais c’est chill, c’est pareil à Montréal. En fait il y a moins d’attente qu’à Montréal, donc c’est les vacances quand même!

Alice Bocquet est photographiée avec un masque

Malgré l'affluence touristique gaspésienne, Alice Bocquet rapporte que les temps d'attente sont plus élevés à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Parti des Laurentides pour visiter pour une première fois la Gaspésie, Mario Ricard, considère que son expérience demeure agréable.

Les gens sont accueillants, affirme-t-il, malgré toutes les consignes de la COVID-19, ça va super bien. Les gens s’habituent, les gens s’ajustent.

On est toujours dans les files, mais les gens s’y attendent. Il faut s’y faire parce que c’est comme ça partout.

Mario Ricard, touriste des Laurentides
Mario Ricard photographié devant un commerce de Carleton-sur-Mer.

Le touriste Mario Ricard est satisfait de son expérience touristique gaspésienne.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Julie Tremblay, résidente de Deux-Montagnes, choisit Carleton-sur-Mer depuis plusieurs années comme lieu de destination pour ses vacances estivales. Il y a des gens qui sont un peu impatients des fois, note-t-elle, parce qu’il y a plus de monde cette année, mais je pense qu’il faut apprendre à comprendre la situation étant donnée la COVID-19. Ça se passe quand même bien.

La famille Croteau-Pelletier de Rimouski s’est fait prendre par cet achalandage accru. Le camping municipal affichant complet, la famille rimouskoise de sept enfants a dû s’installer dans un camping de débordement. Malgré tout, la fratrie garde le moral.

C’est sûr que c’est plus délicat avec toute la discipline additionnelle liée à la COVID-19, admet Nicolas Pelletier. Sept enfants, c’est déjà beaucoup de discipline, mais on gère bien ça.  Même le trafic, ça va bien, je pensais que ça serait pire que ça.

Les neuf membres de la famille devant leur roulotte

La famille Croteau-Pelletier profite de ses vacances gaspésiennes, bien qu'elle n'ait pas eu accès à un emplacement pour leur roulotte au camping municipal qui affiche complet.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

La population locale conciliante

Résidente de Carleton-sur-Mer, Mélanie Boilard refuse de se faire du mauvais sang avec la présence marquée des touristes. Il y a du changement, admet-elle,  mais en même temps c’est bon pour l’économie, on ne se le cachera pas. On attend un peu plus, des fois on arrive un peu plus tard au service de garde, mais la vie continue on n’a pas le choix. Il faut être patient.

On avait déjà commencé à s’habituer aux files d’attente avec le nouveau système. Ça va bien, on aime ça avoir du monde.

Claudette Vallée, résidente de Carleton-sur-Mer
Claudette Vallée porte un masque et tient des sacs devant l'épicerie.

Claudette Vallée estime que la présence des touristes n'a pas de réels impacts sur sa vie quotidienne.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Je ne trouve pas que ça change le temps d’attente, lance une autre résidente. C’est bien qu’il y ait des touristes. Il faut qu’il y ait du tourisme, il en a qui ne sont pas pour ça, mais moi, je suis grandement pour ça. Je n’ai jamais eu à attendre longtemps.

À l'épicerie de Carleton-sur-Mer, le propriétaire Mathieu Viens précise qu'il a ajouté du personnel pour emballer les épiceries et gérer la circulation aux caisses afin d'éviter des temps d'attente trop longs.

Il y a des files, mais ça roule quand même rapidement. En général, maximum 5 à 10 minutes d’attente, et ce n’est pas à longueur de journée.

Mathieu Viens, épicier
Mathieu Viens devant la façade de l'épicerie

Le propriétaire du Marché Viens de Carleton-sur-Mer, Mathieu Viens, soutient que le temps d'attente demeure raisonnable dans son commerce.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Mathieu Viens souligne que son chiffre d'affaires estival a considérablement augmenté comparativement à pareille date l’an dernier, signe que l’achalandage est en hausse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Coronavirus