•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 50 % des patients placés sous respirateur sont décédés en Allemagne

Le moniteur d'un respirateur est placé à côté d'un patient atteint dans l'unité de soins intensifs d'un hôpital.

Un patient placé sous assistance respiratoire dans un hôpital communautaire de Magdebourg, en Allemagne, le 16 avril 2020.

Photo : Getty Images / RONNY HARTMANN

Agence France-Presse

Un cinquième des patients atteints de la COVID-19 a succombé au virus dans les hôpitaux allemands, la mortalité atteignant même plus de la moitié (53 %) pour les personnes placées sous assistance respiratoire, révèle mercredi une étude.

Publiée dans la revue scientifique médicale britannique The Lancet, l'étude a été menée par l'institut scientifique de l'assureur public AOK (Wido), l'Association de la médecine intensive et des urgences (Divi) et l'Université technique de Berlin.

Elle porte sur quelque 10 000 patients soignés dans 930 hôpitaux du pays entre le 26 février et le 19 avril.

Les résultats révèlent aussi que la mortalité a été plus élevée chez les hommes (25 %) que chez les femmes (19 %).

Près de 30 % des patients âgés de plus de 70 ans n'ont pas survécu, le taux grimpant à 38 % pour les plus de 80 ans.

Les développements graves de la maladie concernent surtout les personnes âgées à la santé déjà fragile, mais ont touché aussi des patients plus jeunes, indique le directeur du Wido Jürgen Klauber, appelant la population à la prudence pour éviter les infections.

Sur l'ensemble des patients soignés à l'hôpital, 1727 ont été placés sous assistance respiratoire, deux fois plus d'hommes que de femmes, même si le taux de mortalité était similaire dans ces cas là.

Les patients sont restés en moyenne 14 jours à l'hôpital, 12 jours pour ceux qui n'ont pas été assistés, 25 jours pour les autres.

Reinhard Busse, professeur à l'Université technique, a souligné que 240 jours d'assistance respiratoire étaient en moyenne nécessaires pour 100 patients hospitalisés.

Il s'agit de données importantes pour nous préparer à une deuxième vague de la pandémie, a-t-il estimé, tout en soulignant ne pas anticiper de problèmes de capacité dans les hôpitaux, même avec des taux d'infection élevés.

Grâce à son système sanitaire décentralisé, l'Allemagne a pu rapidement augmenter ses capacités d'accueil pour les patients atteints de la COVID-19, contrairement notamment à l'Italie, et a globalement mieux résisté au virus que ses voisins.

Les autorités sanitaires ont toutefois récemment appelé les Allemands à rester vigilants, le chef de l'institut Robert Koch Lothar Wieler insistant mardi sur l'impérieuse nécessité de respecter les règles d'hygiène, du port du masque et de distanciation sociale après une résurgence des infections dans le pays pendant les vacances estivales.

Mercredi, l'Allemagne comptait près de 208 000 cas d'infections et 9207 décès.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !