•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des recommandations de SickKids pour un retour à l'école à temps plein en Ontario

Une femme accompagne sa fille à l'école.

Le gouvernement ontarien doit dévoiler plus tard cette semaine son plan pour la rentrée.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que le gouvernement de Doug Ford doit dévoiler son plan pour la rentrée plus tard cette semaine, les experts de l'hôpital pour enfants SickKids à Toronto prônent un retour en classe à temps plein avec distanciation physique et port du masque recommandé pour les élèves à partir de la 6e année.

Le premier ministre Ford et son ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, disent privilégier un retour à l'école à temps plein, mais ils ont évoqué trois scénarios pour septembre, soit l'enseignement à temps plein en classe, des cours en ligne uniquement et une combinaison d'enseignement par Internet et à l'école (approche hybride).

Le ministre Lecce n'a pas précisé quel jour de cette semaine il annoncerait la stratégie choisie.

Pour leur part, les experts de SickKids admettent que la réouverture des écoles n'est pas sans risque, mais affirment que le nombre relativement faible de cas de COVID-19 actuellement permet un retour en classe à temps plein.

« Le modèle de l'école au quotidien est le meilleur, parce qu'il permet la cohérence, la stabilité et l'équité, quelle que soit la région où vivent les enfants et les jeunes. »

— Une citation de  Hôpital pour enfants SickKids

L'hôpital pour enfants de Toronto ajoute que les enfants ont des symptômes moins graves en général s'ils contractent le coronavirus, et que les petits de moins de 10 ans sont moins susceptibles de transmettre le virus, selon de récentes données internationales.

Dans ses Conseils pour la réouverture des écoles, SickKids conclut que les cours en ligne seraient l'option la moins risquée en matière de transmission de la COVID-19, mais qu'elle est « insuffisante pour répondre aux besoins » des élèves.

Quant à l'école à temps partiel (approche hybride), elle serait « problématique » pour nombre de parents qui travaillent, selon l'Hôpital, sans parler du risque d'infection lié au gardiennage des enfants par des grands-parents, par exemple, les jours où les élèves ne sont pas en classe.

Distanciation physique

Les experts de SickKids précisent leurs recommandations formulées en juin sur l'écart sanitaire en classe, en recommandant une distance d'au moins 1 mètre entre les pupitres à l'élémentaire et au cycle moyen (de la 6e à la 8e année), compte tenu du plus faible risque de transmission de la COVID-19 chez les jeunes enfants, selon plusieurs études.

Pour les plus vieux, la distance recommandée est de 2 mètres entre chaque élève.

SickKids suggère aussi aux enseignants de maintenir une distance de 2 mètres avec les élèves.

Les experts de l'Hôpital pensent également que la réduction de la taille des groupes devrait être une « priorité », mais sans recommander un nombre précis d'élèves par classe.

Aussi recommandées : des heures de lunch et de récréation différentes d'une classe à une autre pour limiter les contacts entre élèves, ainsi que davantage d'activités d'apprentissage à l'extérieur.

Port du masque

L'hôpital pour enfants ne prône pas le port obligatoire du couvre-visage à l'école, mais le recommande pour les élèves à partir de la 6e année, s'il n'est pas possible de respecter l'écart sanitaire.

Le guide de SickKids explique que le taux d'infection actuel en Ontario est trop faible pour exiger le masque en classe, et qu'il serait difficile pour les plus petits de le porter correctement. La visière n'est pas un substitut adéquat, selon l'Hôpital.

En revanche : Les élèves du secondaire et, à un degré moindre, ceux du cycle moyen pourraient être en mesure de porter un masque durant une plus longue période sans surveillance étroite.

Alors que la controverse fait rage au pays au sujet du port du masque, le Dr Sean Ari Bitnun de SickKids dit qu'il faut mettre l'accent sur l'ensemble des recommandations, pas seulement sur une d'elles.

« C'est la combinaison des recommandations qui créera un environnement sécuritaire pour les enseignants et les élèves. »

— Une citation de  Sean Ari Bitnun, clinicien et professeur en pédiatrie à l'Université de Toronto

Nettoyage et ventilation

En plus du lavage régulier des mains de la part des élèves et du personnel, SickKids recommande aux écoles de suivre les consignes de Santé Canada en matière de nettoyage accru des édifices et d'interdire le partage de nourriture et de bouteilles d'eau entre élèves.

L'Hôpital suggère aussi d'apporter des améliorations au système de ventilation des écoles et de laisser des fenêtres ouvertes dans les classes pour accroître la circulation d'air.

Gestion des malades

Les spécialistes de SickKids disent qu'il est primordial que les élèves et les enseignants qui ont des symptômes d'infection restent à la maison.

Les employeurs doivent donner la permission aux parents et aux gardiens de prendre des congés de maladie payés et/ou de travailler de la maison si leur enfant ne peut pas aller à l'école, peut-on lire dans le document.

SickKids croit aussi que les enseignants-remplaçants ne devraient pas travailler dans plusieurs écoles à la fois, afin de limiter le risque de propagation des infections, une recommandation similaire à la consigne en vigueur pour les employés des foyers pour aînés.

L'Hôpital ajoute qu'il serait inefficace de mesurer la température et le taux d'oxygène sanguin des élèves à leur arrivée à l'école, affirmant que les parents devraient plutôt avoir la responsabilité d'examiner leur enfant avant son départ le matin.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

L'Association des enseignants franco-ontariens (AEFO) n'a pas voulu commenter les recommandations de SickKids. Nous attendons le rapport du ministre de l’Éducation étant donné que ce sont les décisions du ministre qui sont importantes pour les élèves et les membres, non pas les positions des tierces parties pour le moment, explique le directeur général de l'AEFO, Pierre Léonard.

À la suite de l'annonce attendue du ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, cette semaine, les conseils scolaires auront jusqu'au 4 août pour soumettre au gouvernement leur plan pour la rentrée.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !