•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : Hong Kong craint une résurgence, la presse évoque un report des élections

Des piétons portent des masques dans le quartier Sham Shui Po de Hong Kong.

Des piétons portent des masques dans le quartier Sham Shui Po de Hong Kong, le 29 juillet 2020, alors que de nouvelles mesures de distanciation sociale entrent en vigueur, dont l'obligation de porter un masque en public.

Photo : Getty Images / ANTHONY WALLACE

Reuters

L'exécutif de Hong Kong pourrait reporter d'un an les législatives prévues le 6 septembre pour renouveler la moitié des sièges du parlement local, sur fond d'inquiétudes croissantes concernant une résurgence de l'épidémie liée au nouveau coronavirus, a annoncé mercredi la chaîne de télévision publique RTHK.

Un tel report porterait un coup sévère à l'opposition démocrate, qui espérait décrocher pour la première fois la majorité au sein du Conseil législatif du territoire semi-autonome, sur fond de ressentiment généralisé à l'égard de la nouvelle législation sur la sécurité instaurée à l'initiative de Pékin au début du mois, et largement dénoncée par les puissances occidentales.

La RTHK, qui a cité des sources non identifiées, n'a pas donné davantage de précisions.

Le bureau des Affaires constitutionnelles et continentales a précisé dans un communiqué transmis par courriel qu'il travaillait à la préparation de ce scrutin avec les services sanitaires et électoraux, afin de suivre l'évolution de l'épidémie et d'élaborer différents plans.

L'éventualité d'un report du scrutin a été dénoncée par Joshua Wong, l'un des jeunes militants plébiscités aux dépens de la vieille garde démocrate lors des primaires officieuses qui se sont déroulées à la mi-juillet dans la perspective du scrutin de septembre.

Utiliser la pandémie comme excuse pour reporter l'élection est clairement un mensonge, a-t-il écrit sur Twitter.

Le militant prodémocratie Joshua Wong

Le militant prodémocratie Joshua Wong s'était inscrit comme candidat aux prochaines élections du Conseil législatif à Hong Kong.

Photo : Reuters / TYRONE SIU

L'exécutif craint une vague de contaminations

Cet épisode survient alors que de nouvelles restrictions pour endiguer l'épidémie entrent en vigueur ce mercredi dans l'ancienne colonie britannique.

Les autorités ont interdit les rassemblements de plus de deux personnes et les repas dans les restaurants, et elles ont rendu obligatoire le port du masque dans l'ensemble des lieux publics, y compris en plein air. Il s'agit des restrictions les plus sévères instaurées à Hong Kong depuis que l'épidémie est apparue en fin d'année dernière dans le centre de la Chine continentale.

Carrie Lam, cheffe du gouvernement local de Hong Kong

Carrie Lam, cheffe du gouvernement local de Hong Kong

Photo : Associated Press / Vincent Yu

Nous sommes au bord d'une épidémie communautaire à grande échelle, qui pourrait provoquer l'effondrement de notre système hospitalier et coûter des vies, principalement celles de personnes âgées.

Carrie Lam, cheffe du gouvernement local de Hong Kong

Elle a appelé également la population à rester confinée le plus possible.

Les nouvelles mesures, en place pour au moins sept jours, ont été annoncées lundi après une accélération du rythme des contaminations locales au cours des trois dernières semaines.

Le gouvernement hongkongais a aussi renforcé les mesures de dépistage et les périodes d'isolement pour le personnel navigant des liaisons aériennes et maritimes.

Depuis fin janvier, près de 3000 personnes ont été contaminées par le coronavirus à Hong Kong, où 23 décès ont été enregistrés, soit un bilan bien plus faible que dans les autres mégalopoles du monde.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International