•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le rêve déchu des candidats à l'immigration au Manitoba

IRCC demande aux détenteurs d’une résidence permanente bloqués dans leur pays d’origine de contacter le ministère seulement quand ils seront en mesure de rentrer au Canada.

Le Manitoba est inscrit en toutes lettres sur une des routes de la province.

Une centaine de candidats à l'immigration au Manitoba sont bloqués dans leurs pays, selon l'Accueil francophone.

Photo : Radio-Canada / Thibault Jourdan

Radio-Canada

Des candidats à l’immigration au Manitoba disent être bloqués dans leur pays d’origine en raison de la pandémie de la COVID-19. Ils avaient prévu d’arriver dans la province au printemps, mais les frontières ont été fermées juste avant qu’ils ne puissent s'embarquer pour leur nouvelle vie. Ils sont pour le moment condamnés à attendre.

Farida Haddad a vendu sa maison pour préparer son arrivée au Manitoba. Cette Algérienne, son époux et leurs deux garçons de 10 et 7 ans auraient dû arriver dans la province le 21 mars dernier.

Mais la pandémie de COVID-19 s'est abattu avant. Résultat : des frontières fermées et une situation précaire pour la famille qui se retrouve sans maison, sans emploi et sans école.

Aujourd’hui, la femme dit être dans un tourbillon et son avenir à court terme reste incertain.

Je ne cesse de me demander : est-ce que je dois reprendre mon travail? Est-ce que je dois chercher une location ici? Rescolariser mes enfants en septembre [en Algérie]?

Une citation de :Farida Haddad

Farida Haddad s’accroche tout de même à l’espoir de pouvoir traverser l’Atlantique même si le visa qui leur avait été délivré a expiré le 16 mai. S’ils me disent demain que mon visa va être renouvelé, je vais sauter dans le premier vol. Il faut bien que je commence ma vie de l’autre côté, lance-t-elle.

Manque de visibilité et de communication

Tout comme Farida Haddad, Yacine Roumane est bloqué en Algérie, dans la capitale Alger plus précisément. Après avoir obtenu une résidence permanente en fin d’année 2019, sa compagne et lui prévoyaient de venir au printemps pour éviter le rude hiver manitobain. Ils ont pris leurs billets d’avion, réservé un logement à Winnipeg et quitté leurs emplois. Pour rien. Ils se retrouvent sans visibilité, assure-t-il. Il reste toutefois compréhensif en soulignant que c’est une situation exceptionnelle et une pandémie qui a touché tout le monde.

Dans la même situation, Hamza Hamali déplore, lui, la lenteur du processus et le manque de clarté des autorités canadiennes. Ce Marocain, son épouse et ses deux enfants avaient également prévu de venir en mars de cette année après près de trois ans de démarches. Avec la fermeture des frontières, leur dossier d’immigration a été bloqué dans la phase finale. Ils sont donc toujours en attente de la délivrance de leurs visas de résidence permanente. Depuis, Hamza Hamali est en contact permanent avec Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC). Mais selon lui, il y a un manque de communication de la part de l’organisme gouvernemental.

Lorsque nous envoyons des courriels explicatifs et demandons des explications précises, on ne reçoit que des réponses automatiques.

Une citation de :Hamza Hamali

Des situations loin d’être isolées

Ces trois candidats à l’immigration au Manitoba ne sont pas les seuls à être dans cette situation.

Depuis quelques semaines, de nombreux groupes d’entraide ont fait des sorties sur les réseaux sociaux pour ceux qui ont vu leur visa de résident permanent expirer sans avoir pu entrer sur le territoire canadien

Selon l’Accueil francophone, il y aurait une centaine de familles dans ce cas pour le Manitoba et entre 200 et 300 familles en comptant l’Alberta et la Saskatchewan.

En temps normal, le Manitoba aurait dû accueillir une centaine de familles de nouveaux arrivants le mois dernier. Seules six ont réussi à rejoindre la province.

La coordinatrice des prédéparts de l'Accueil francophone, Fanny Drigny, met tout en œuvre pour faciliter l'échange d'informations pour ne pas perdre le contact. Comme les nouveaux immigrants doivent désormais présenter un plan d’isolement de 14 jours, elle fournit des documents personnalisés qui attestent que l’organisme sera là pour les aider à respecter les mesures de confinement.

C’est une première pour tout le monde.

Une citation de :Fanny Drigny, coordinatrice des prédéparts, Accueil francophone

Elle met aussi en garde les candidats à l'immigration face aux rumeurs. Elle rappelle qu’il est vraiment important de ne se fier qu’aux sources officielles pour obtenir des renseignements et de prendre avec précautions les informations des compagnies aériennes par exemple.

Les compagnies aériennes se fient aux dates prévues par les États, mais ne prennent pas en compte le fait que cette date peut être prolongée et forcément les vols sont annulés par la suite, explique-t-elle.

Les explications d’IRCC

La pandémie a engendré des défis sans précédent à la frontière, admet un relationniste d’IRCC, Rémi Larivière, dans un courriel à Radio-Canada. Nous savons que cette période est difficile pour les familles et les autres personnes qui poursuivent leurs démarches dans le système d'immigration et qui sont impatientes de commencer leur vie au Canada.

Le Centre de réception des demandes de visa (CRDV) géré par VFS Global a été temporairement fermé le 20 mars conformément à la décision du gouvernement algérien de déclarer l'état d'urgence sanitaire, précise-t-il. Nous travaillons avec VFS Global pour faire en sorte que le CRDV puisse rouvrir le plus tôt possible, tout en faisant de la protection de la santé des clients et du personnel notre priorité absolue.

IRCC précise que les processus réguliers d’immigration pourront reprendre normalement quand les restrictions temporaires de voyage mises en place en raison de la pandémie seront levées.

Il est en général possible de voyager au Canada si vous avez reçu votre confirmation de résidence permanente 18 mars 2020 ou avant, indique le ministère.

Que faire si votre résidence permanente a été approuvée et vous êtes bloqués?

Votre demande de résidence permanente a été approuvée mais vous ne pouvez vous rendre au Canada avant l’expiration de vos documents? IRCC indique qu’il faudra communiquer avec le ministère seulement au moment où vous serez prêts à vous rendre au pays. Même chose si votre résidence permanente a été approuvée mais que vos documents ont expiré. Dans les deux cas, IRCC indique que vous devez utiliser le formulaire Web d’IRCC (Nouvelle fenêtre) pour expliquer votre situation. Les étapes suivantes varieront selon les cas, indique-t-on.

En général, ces personnes peuvent se rendre au Canada et devenir résident permanent maintenant si elles ont l’intention de rester et de s’établir au Canada, ajoute IRCC. Si elles prévoient venir temporairement puis repartir, elles ne peuvent pas le faire en ce moment, à moins de satisfaire à une exemption de voyage différente.

Avec les informations d'Amélie David

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !