•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quand le dépistage teste la patience des Américains

Les autorités régionales ayant un certain contrôle sur la pandémie craignent les répercussions d’importants délais sur le processus de dépistage.

Une Américaine en train de subir un test de dépistage au Colorado.

Dans certains cas, le temps d'attente pour obtenir les résultats d'un test de dépistage peut dépasser une semaine.

Photo : Reuters / Kevin Mohatt

Lorsqu’ils terminent leur test de dépistage de la COVID-19, les résidents de Washington reçoivent un document sur lequel une information a été ajoutée à la main.

Le délai initial de 3 à 5 jours pour obtenir les résultats du test a été rayé puis remplacé, puisque les autorités du District de Columbia promettent désormais une attente de 5 à 7 jours. 

Pendant cette période, je ne pense pas sortir, affirme Logan, un Washingtonien rencontré à la sortie d’une clinique du centre-ville, qui espère néanmoins obtenir rapidement la confirmation qu’il n’a pas la COVID-19, question d’aller visiter des membres de sa famille.

Mais l’expérience d’autres Américains prouve qu’il faut parfois s’armer de patience.

John Glenn, qui vit également dans la région de Washington, a subi un test de dépistage dans une pharmacie de Virginie au retour de vacances dans une zone considérée comme à risque.

John Glenn, un résident de la région de Washington.

John Glenn a attendu 16 jours avant de connaître les résultats de son test de dépistage de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

Le verdict devait arriver de 5 à 7 jours plus tard. Mais après une semaine, la compagnie responsable de son test a plutôt évoqué un délai de 10 jours.

Je n’arrêtais pas d’appeler pour savoir quels étaient les résultats, raconte John Glenn, qui a appris 16 jours après son test qu’il n’était pas atteint de la COVID-19.

Cela a causé beaucoup d’anxiété et de stress. [...] Ça a été un échec sur toute la ligne.

John Glenn

Pendant ces plus de deux semaines d’incertitude, John Glenn, qui est architecte, n’a pas pu se rendre à son bureau.

S’il affirme être privilégié de pouvoir effectuer la plupart de ses tâches à partir de la maison, il s’inquiète pour les Américains qui n'ont pas cette chance et qui pourraient soit perdre des revenus, soit se déplacer sans avoir la certitude qu’ils ne sont pas atteints de la maladie.

Des États inquiets des délais

La possibilité que certains de leurs concitoyens puissent vaquer à leurs occupations sans savoir s’ils sont infectés ou non inquiète les autorités de certaines régions, comme Washington, qui semblent pourtant mieux maîtriser l’éclosion du virus.

Quand vous maîtrisez l’épidémie, c’est encore plus important de pouvoir dépister, retrouver et isoler les gens qui ont été exposés.

Lawrence Gostin, directeur de l’Institut O’Neil sur la santé à l’Université Georgetown

Récemment, les autorités de Washington et de l’État voisin du Maryland ont dénoncé ces délais qu’ils attribuent à un engorgement au niveau national dans les laboratoires qui analysent les résultats de tests de dépistage du nouveau coronavirus.

Un constat que partage Quest Diagnostics, l’un de ces laboratoires.

Le virus s’est répandu aux États-Unis, particulièrement dans le Sud et l’Ouest. Une demande forte et persistante a mis à rude épreuve notre capacité de dépistage et a augmenté les délais pour obtenir les résultats, pouvait-on lire mardi dans un communiqué de l'entreprise.

Ce laboratoire affirme avoir traité plus de 9 millions de tests en juillet, contre un peu plus d’un million en avril.

En attente d’une stratégie nationale

Le président Trump souligne régulièrement que les États-Unis mènent le plus grand nombre de tests dans le monde. Mais au sein de son administration, le responsable du dépistage, l’amiral Adam Giroir, reconnaît qu’il y a des failles dans le système américain.

Le dépistage ne nous satisfera pas tant que le temps d’attente ne sera pas de 24 heures, déclarait-il dimanche sur les ondes de CNN. Adam Giroir, qui affirme que le délai moyen pour obtenir un résultat est d'un peu plus de quatre jours, promet des améliorations.

Au moment où le Congrès négocie un plan qui permettrait d’investir des milliards de dollars dans le dépistage, John Glenn, qui a attendu plus de deux semaines pour connaître le résultat de son test, demande aux élus de tous les ordres de gouvernement de s'entendre sur une meilleure stratégie nationale.

Cela fait quatre mois que nous sommes dans cette situation et ce n’est pas mieux qu’en mars, déplore-t-il. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

International