•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa annonce une enquête publique sur la tuerie de la Nouvelle-Écosse

Des manifestants tiennent des affiches en mémoire des victimes de la tuerie.

Des manifestants réclament une enquête publique sur la tuerie de la Nouvelle-Écosse, le 22 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral annonce qu’une enquête publique complète aura lieu sur la tuerie qui a mené à la mort de 22 personnes en Nouvelle-Écosse les 18 et 19 avril.

Bill Blair, le ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile, a communiqué le changement de cap du gouvernement à ce sujet dans une déclaration mardi en fin d’après-midi.

Nous avons entendu les demandes des familles, des survivants, des représentants et des députés de la Nouvelle-Écosse pour plus de transparence, écrit M. Blair.

La semaine dernière, le gouvernement du Canada et celui de la Nouvelle-Écosse avaient annoncé qu’un comité d’examen indépendant analyserait les circonstances de la tragédie. Mais cet exercice semblait prévoir très peu, ou pas, d’audiences publiques, et les responsables de l’examen n’auraient pas eu le pouvoir de forcer qui que ce soit à témoigner.

Le pouvoir d'obliger des intervenants à témoigner

Des manifestants tiennent une affiche sur laquelle on peut lire : RCMP Inquiry Now!

Des manifestants s'étaient rendus aux locaux de la GRC à Bible Hill, en Nouvelle-Écosse, le 22 juillet 2020.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Plusieurs manifestations ont eu lieu ces derniers jours en Nouvelle-Écosse, où les participants ont réclamé une réelle enquête publique. Depuis hier, au moins cinq députés libéraux fédéraux se sont opposés à la position officielle de leur formation politique et ont demandé cette enquête publique.

Le Parti progressiste-conservateur, opposition officielle en Nouvelle-Écosse, réclamait aussi un tel exercice.

L’enquête publique complète que le gouvernement fédéral annonce mardi donnera aux commissaires le pouvoir de convoquer des témoins et de les contraindre à témoigner sous serment et à produire les documents exigés.

Grâce à ces pouvoirs supplémentaires, nous espérons sincèrement que la terrible tragédie des 18 et 19 avril sera pleinement examinée, et que tous les faits et preuves pertinents seront rendus publics, déclare le ministre Bill Blair.

Bill Blair en conférence de presse.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair (archives)

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le ministère de la Sécurité publique précise que les individus qui devaient diriger le comité précédemment annoncé ont de nouveau accepté de participer à cette enquête publique et agiront à titre de commissaires.

Il s’agit de l’ancien juge en chef de la Nouvelle-Écosse, Michael MacDonald, de l’ancienne ministre fédérale de la Sécurité publique, Anne McLellan, et de l’ancienne cheffe de la police de Fredericton, Leanne Fitch.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !