•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme condamnée à 10 mois de prison pour avoir publié des photos intimes d'un homme

L'accusée et la victime avaient eu une seule rencontre en personne.

Des mains tapent sur un clavier d'ordinateur.

Le partage non consensuel de photos intimes est interdit par la loi.

Photo : iStock

La Cour du Québec a imposé une peine de 10 mois de prison à une femme d'une cinquantaine d'années pour avoir rendu publiques des photos intimes d'un homme qu'elle venait de rencontrer.

La décision rendue il y a un peu plus d'une semaine révèle que l'homme en question s'est enlevé la vie peu de temps après avoir été informé de la diffusion des photos.

En décembre 2016, un homme était retrouvé sans vie dans son garage, dans une petite municipalité de la région de Chaudière-Appalaches.

Selon ce qu'on peut lire dans le jugement de la Cour du Québec, l'homme a laissé près de lui une lettre d'adieu dans laquelle il expliquait que sa décision de s'enlever la vie était liée aux menaces répétées d'une femme qu'il venait de rencontrer de publier des photos intimes.

L'accusée et la victime, qu'on ne peut identifier, ont vécu une courte relation pendant laquelle il y a eu un échange de photos intimes. À la suite de leur seule rencontre en personne, l'homme a mis fin à la relation avec l'accusée.

Le jugement précise que, dans les jours suivants, la femme, qui était visiblement animée d'une pulsion de vengeance, a menacé de publier des photos intimes de la victime.

L'homme l'a prévenue qu'il s'enlèverait la vie si cette menace était mise à exécution, puisqu'il craignait de perdre sa réputation auprès de ses proches.

Toujours selon le jugement, face au désespoir et aux idées suicidaires de la victime, la femme lui a envoyé des messages pour l'encourager à passer à l'acte.

La Cour du Québec a condamné l'accusée à 10 mois de prison et a tenu compte de ses problèmes de santé mentale dans la détermination de la peine.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Crimes et délits

Justice et faits divers