•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour des services de Garmin après une longue panne due à une cyberattaque

Une montre connectée Garmin sur le poignet d'une personne, en gros plan.

La panne avait touché le site web de l’entreprise ainsi que son application Garmin Connect, qui sert entre autres à enregistrer les données collectées par les montres connectées de Garmin lors d’un entraînement.

Photo : Getty Images / NguyenDucQuang

Radio-Canada

Les opérations du fabricant américain de montres connectées et de systèmes de navigation par GPS Garmin reprennent graduellement depuis lundi, cinq jours après avoir été paralysées par une cyberattaque.

L’entreprise a reconnu pour la première fois que la panne avait été causée par une cyberattaque qui a chiffré certains de [ses] systèmes, sans mentionner explicitement s’il s’agissait d’une attaque par rançongiciel. Des membres du personnel de l’entreprise ont pourtant rapporté cette information sur les réseaux sociaux la semaine dernière.

La panne a touché le site web de l’entreprise ainsi que son application Garmin Connect, qui sert entre autres à enregistrer les données collectées par les montres connectées de Garmin lors d’un entraînement.

L'application mobile Garmin Pilot, utilisée par les pilotes d'avion pour planifier leurs vols, était également inaccessible, tout comme le service flyGarmin, qui permet d'installer des bases de données aéronautiques. Les centres d’appel de Garmin étaient aussi atteints.

Les systèmes touchés sont en train d’être rétablis, et nous prévoyons un retour à la normale dans les prochains jours, a fait savoir Garmin dans un communiqué.

L’entreprise affirme que les pirates derrière la cyberattaque n’ont pas eu accès aux informations personnelles ou financières de sa clientèle.

Une rançon aurait été payée

Si Garmin refuse de qualifier l’incident d’attaque par rançongiciel, Sky News rapportait mardi matin que l’entreprise avait payé une rançon pour avoir accès aux systèmes et aux fichiers tenus en otage.

Selon Sky News, qui cite des sources anonymes du milieu de la cybersécurité et proches du dossier, Garmin a été victime de WastedLocker, un rançongiciel développé par le groupe de pirates russes Evil Corp.

Evil Corp a été la cible de sanctions du gouvernement américain en décembre dernier après que deux de ses administrateurs eurent été accusés de vol de documents gouvernementaux confidentiels. Ces sanctions interdisent à toute personne résidant aux États-Unis d’effectuer des transactions avec le groupe.

Garmin aurait donc contourné cette interdiction en faisant passer le paiement par un tiers, ce qui contreviendrait tout de même aux sanctions, selon Sky News.

Garmin n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue. L’entreprise a simplement mentionné à Sky News qu’elle ne commentait pas les rumeurs et la spéculation.

Avec les informations de Sky News, ZDNet, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Cybersécurité

Techno