•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comparution cet après-midi du suspect après la mort d’une femme à Drummondville

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Un homme est accompagné de deux policiers qui le tiennent par le bras.

Le reportage de Valérie-Micaela Bain

Photo : Radio-Canada / Jonathan Roberge

Radio-Canada

À Drummondville, Jean-Luc Ferland a été formellement accusé mardi du meurtre au deuxième degré d’une quinquagénaire qui a été commis lundi.

On connaît maintenant l’identité de la victime. Il s’agit de sa mère Suzanne Desjardins, 57 ans.

Lundi matin, alertée par une amie, la Sûreté du Québec s'est rendue au domicile de madame Desjardins.

Ils l'ont retrouvée dans un état critique. Transportée à l'hôpital, son décès y a été constaté.

Son fils, qui était toujours sur les lieux à l'arrivée de la police, a été interrogé.

On apprend entre autres que le meurtre aurait été commis le 26 juillet, donc la veille de la découverte de la dame inanimée.

Antécédents judiciaires

Jean-Luc Ferland avait déjà été traduit en justice en 2015. L'homme de 32 ans avait été déclaré non criminellement responsable de port d’arme dans un dessein dangereux, de possession d’une arme prohibée et de méfaits.

Pour le moment, son avocate, maître Isabelle Castonguay, n’a pas demandé d’évaluation pour savoir si son client est apte à comparaître ni s’il est en mesure de comprendre les graves accusations qui pèsent contre lui.

Enquête en cours

Le bureau des enquêtes indépendantes a été saisi de l'affaire. C'est que, la veille du drame, Suzanne Desjardins avait demandé l'aide de la police pour forcer son fils à subir un examen psychiatrique, sans succès.

Le 26 juillet 2020, une femme se serait présentée vers 13 h 30 au poste de la Sûreté du Québec à Drummondville pour demander l'assistance de la police afin de forcer son fils, qui demeurerait avec elle depuis les dernières semaines, à subir une évaluation psychiatrique. La police ne pouvant assister la dame dans sa demande dans l'immédiat, celle-ci serait alors repartie à son travail.

Extrait paru sur le site du BEI

Une autopsie sera effectuée et l’enquête du Bureau d'enquêtes indépendantes (BEI) se poursuit.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !