•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Report de la date limite pour payer ses impôts : ce délai vient-il vraiment en aide?

Une femme remplit une déclaration de revenus.

Les contribuables ont maintenant jusqu’au 30 septembre pour verser, sans pénalité, les sommes qu’ils doivent à Revenu Québec et à l’Agence du revenu du Canada (ARC) (archives).

Photo : iStock

Radio-Canada

Dans le but d’alléger les répercussions financières de la pandémie sur les particuliers et les entreprises du pays, les gouvernements fédéral et provincial ont annoncé lundi le report de la date limite de paiement des impôts en accordant un mois supplémentaire. Mais ce délai supplémentaire aide-t-il vraiment les contribuables dans le besoin?

Le seul avantage de ce délai s’applique uniquement aux contribuables qui doivent payer leurs impôts, affirme d’emblée Frédéric Boudreault, coordonnateur de l’Association pour la protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord (APIC).

Frédéric Boudreault est le directeur général de l'APIC, l'Association de protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord

Frédéric Boudreault est le directeur général de l'Association de protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord (APIC) (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Ça a aussi permis d’enlever de la pression à ceux qui avaient perdu leur emploi et qui avaient moins d’économies, précise pour sa part René Gagnon, gestionnaire de portefeuille et conseiller en placement chez Valeurs mobilières Desjardins à Rimouski.

Coup de pouce pour les entreprises d’ici

Le délai accordé par les gouvernements aide particulièrement les entreprises, selon M. Gagnon. Ces mesures contribuent à enlever de la pression aux entreprises pour réagir à l’impact économique de la pandémie de coronavirus, dit-il.

Assurément que la portion d’impôt des entreprises a aidé les entreprises à garder leurs employés, à continue de rester en vie, fait valoir René Gagnon.

Cependant, la question se pose : en reportant les paiements des impôts, les gouvernements reportent-ils le problème à plus tard?

Des impôts à payer malgré le ralentissement économique

Le délai a permis aux contribuables qui se sont retrouvés du jour au lendemain avec moins de revenus en raison de la pandémie d’amasser les sommes nécessaires sans accumuler de frais d’intérêt. Mais il faut faire attention, prévient René Gagnon.

Il y a un piège si on ne paye pas à la date butoir. Tout dépendant si on est au provincial ou au fédéral, les intérêts exigibles seront de 5 % à 6 %.

René Gagnon, gestionnaire de portefeuille chez Valeurs mobilières Desjardins

Le gestionnaire de portefeuille chez Valeurs mobilières Desjardins souligne toutefois qu’il faut faire preuve de discipline pour vraiment bénéficier de cette mesure d’allègement accordée par les gouvernements, et bien régulariser ses paiements à la date butoir.

Inquiétudes pour ceux en recherche d’emploi

Pour leur part, les organismes qui viennent en aide aux personnes à la recherche d’un emploi constatent que le report du paiement des impôts ne semble pas soulager ceux qui utilisent leurs services durant la pandémie.

Lise Sirois, coordonnatrice d’Action Chômage Côte-Nord, est sceptique : Les gens vivent beaucoup d’incertitudes, déclare-t-elle. Je ne crois pas que d’avoir reporté d'un mois peut vraiment faciliter les finances des travailleurs qui sont en pleine crise.

Line Sirois, coordonnatrice d'Action Chômage Côte-Nord, devant les locaux de l'organisme

Line Sirois, coordonnatrice de l'organisme Action Chômage Côte-Nord (archives)

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

On a décalé le paiement, mais ça ne leur donnera pas plus de sous après les prestations d’aide d’urgence, renchérit Nadia Mongeon du Mouvement Action Chômage Pabok en Gaspésie.

Ménage à faible revenu

Enfin, le report de la date limite pour payer ses impôts ne soulage pas les contribuables à revenus modiques, selon le coordonnateur de l’Association pour la protection des intérêts des consommateurs de la Côte-Nord, Frédéric Boudreault.

Généralement, ces personnes-là ne doivent pas d’argent à l’impôt. C’est plutôt le contraire, ils vont chercher des prestations, des crédits d’impôt qui leur permet de joindre les deux bouts. [...] Ils ne bénéficient pas de cette aide, ajoute-t-il.

Pour vraiment aider les personnes dont le revenu est faible, Frédéric Boudreault est d’avis qu’il aurait été préférable de reporter non seulement la date de paiement des impôts, mais aussi la date de production des déclarations, qui permettent aux travailleurs de recevoir les prestations et les crédits d’impôt auxquels ils ont droit.

Les contribuables québécois et canadiens auront donc jusqu’au 30 septembre pour verser sans pénalité les sommes qu’ils doivent à Revenu Québec et l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Avec les informations de Michaële Perron-Langlais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Finances personnelles