•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fatigue de la COVID-19 se fait ressentir

Des dizaines de personnes dans un parc.

Les larges rassemblements où les gens ne respectent pas la distanciation physique préoccupent les autorités.

Photo : CBC / Michael Cole

Le Bureau de santé publique de Toronto met en garde contre un certain relâchement des mesures de distanciation physique qui pourraient avoir des effets néfastes dans la lutte contre la pandémie. Un relâchement qui semble être lié à un ras-le-bol général de la COVID-19.

Dans un parc de Toronto, Ameris Rudland s’est réunie avec quelques amies, toutes à deux mètres de distance les unes des autres. Elle a toutefois remarqué un certain relâchement dans certaines de ses habitudes quotidiennes.

J’ai l’impression que les gens laissent tomber leurs gardes parce qu’ils veulent sortir faire des activités.

Ameris Rudland
Ameris Rudland

Ameris Rudland remarque qu'elle est moins vigilante qu'au début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Kit Dashwood, quant à lui, décrit que son quotidien est rempli de hauts et bas. Il continue de poursuivre des activités, bien qu’il se sente limité dans les possibilités.

Kit Dashwood.

Kit Dashwood se sent limité dans les activités qu'il peut faire.

Photo : Radio-Canada

Certaines semaines sont géniales, d’autres sont vraiment difficiles, ce n’est jamais pareil, explique-t-il.

La médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa, a mis lundi les Torontois en garde des risques d’une fatigue de la COVID-19.

Une femme avec un foulard orange devant un podium.

La médecin hygiéniste de Toronto Eileen de Villa

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

J’entends des échos de certaines personnes qui croient que la pandémie est terminée [...], les jeunes ne sont pas immunisés à la COVID-19.

Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste en chef de Toronto

D’ailleurs, le premier ministre Doug Ford n’a pas hésité dernièrement à dénoncer à plusieurs reprises le comportement de ceux qui organisent de grands rassemblements sans respecter la distanciation physique.

Le premier ministre Doug Ford en conférence de presse.

Doug Ford a fait part de son exaspération à maintes reprises concernant la tenue de larges fêtes.

Photo : La Presse canadienne / Steve Russell

D’où vient cette fatigue?

Le psychologue clinicien Pierre Faubert compare la fatigue liée à la COVID-19 à un épuisement professionnel.

La COVID-19 occupe toute notre vie. Ça occupe tous les champs de notre attention, de notre conscience et de notre inconscient.

Pierre Faubert, psychologue clinicien

À la longue, une intoxication d’information associée au virus peut engourdir les gens, selon le Dr Faubert, ce qui peut ensuite les porter à faire ce qu’ils veulent sans se soucier des conséquences parce qu'ils se retrouvent dans un état euphorique.

La professeure en psychologie à l’Université de Windsor, Josée Jarry, explique que l’être humain a tendance à revisiter sa compréhension d’un phénomène lorsque celui-ci interfère pendant une longue période avec des activités qui ont beaucoup de valeur.

Ce n’est pas une question d'égoïsme, d’égocentrisme ou de désir de négliger la sécurité de ceux qui les entourent. Ça devient plus un manque d’acuité cognitive où tout à coup les gens ne considèrent plus la situation aussi dangereuse qu’elle l’était avant.

Josée Jarry, professeure en psychologie à l’Université de Windsor

Des messages ciblés

Tant en Ontario qu’au Québec, les autorités mettent les jeunes en garde contre un certain relâchement et continuent de s’adresser directement à eux dans leurs messages de prévention.

En Ontario, les moins de 40 ans sont les plus touchés par la COVID-19 depuis quelques semaines. Au cours des 7 derniers jours, ils ont représenté 60 % des nouvelles infections.

La vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault a pour sa part souligné lundi que la situation actuelle dans le groupe d'âge des 15 à 34 ans préoccupe les autorités sanitaires.

Geneviève Guilbault s'adresse aux journalistes.

La vice-première ministre du Québec Geneviève Guilbault

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

On observe une tendance inquiétante chez les jeunes , a affirmé la vice-première ministre Geneviève Guilbault.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !