•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le télétravail vous ennuie? Faites-le à la Barbade!

Une palmier près de la mer

Le gouvernement de la Barbade offre un visa de travail d'un an aux Canadiens.

Photo : iStock / RomoloTavani

Radio-Canada

Le gouvernement de la Barbade offre aux étrangers un visa spécial leur donnant le droit de vivre et de travailler dans l’île des Caraïbes pendant un an.

Destiné à attirer de nouveau des visiteurs sur l'île délaissée par les touristes pendant des mois en raison de la pandémie de COVID-19, ce nouveau visa qu’on a baptisé le timbre de bienvenue de la Barbade peut être demandé par Internet auprès des autorités locales.

Le gouvernement de l’île assure que les demandes sont traitées dans un délai de 72 heures, après quoi les personnes acceptées pourront être autorisées à venir vivre et travailler à la Barbade pendant un an.

Mais avant de faire vos valises, sachez qu’il vous faudra débourser 2000 $ US par personne ou 3000 $ US pour votre famille pour vous procurer ce visa qui vous permettra de passer la prochaine année de pandémie à télétravailler sous les palmiers.

Vous n'avez pas besoin de travailler en Europe, aux États-Unis ou en Amérique latine si vous pouvez venir ici et travailler pendant quelques mois à la fois, et revenir, a déclaré la première ministre de la Barbade, Mia Amor Mottley, lorsqu'elle a lancé le projet au début du mois.

L'idée de vivre sur une île tropicale est déjà attirante dans des circonstances normales, mais en période de COVID-19 c’est encore mieux, renchérit un porte-parole du gouvernement de la Barbade.

Peu de cas de COVID

La petite île des Caraïbes a déclaré jusqu’ici 106 cas confirmés et sept décès liés à la COVID-19 depuis le début la pandémie, selon le directeur canadien de l'organisation du tourisme et du marketing de la Barbade, Peter Mayers.

Le système de santé du pays a été en mesure de bien maîtriser la crise sanitaire jusqu'à maintenant, a-t-il indiqué dans une entrevue accordée à CBC, car les fonctionnaires ont mis en place deux installations destinées uniquement aux patients COVID-19 pour les maintenir hors des hôpitaux. Les deux salles d'isolement sont capables d'accueillir plus de 200 personnes.

En ce qui concerne le risque de contagion en provenance de l’étranger, le gouvernement de la Barbade a établi que le Canada présente un risque moyen, ce qui signifie que les visiteurs canadiens doivent passer un test de dépistage ou présenter une preuve qu'ils ont été récemment été déclarés négatifs pour avoir le droit d’entrer sur le territoire.

Mais une fois sur l'île, il y a relativement peu de restrictions au quotidien, en dehors de la distanciation physique habituelle, du port de masque et des exigences de lavage des mains qui sont en place à peu près partout chez nous.

Mais...

Malgré cette invitation des Barbadiens, le gouvernement du Canada conseille toujours à ses citoyens d’éviter tout voyage non essentiel à l’étranger, ce qui inclut la Barbade.

À vrai dire, rien n’empêche un citoyen canadien de quitter le pays pour s’installer à la Barbade. C’est son retour au Canada qui pourrait poser problème.

Les gouvernements des destinations qui ont ouvert leurs frontières aux touristes pourraient imposer soudainement des restrictions strictes de voyage, s'ils devaient constater une augmentation des cas de COVID-19, rappelle Ottawa sur son site Internet destiné aux voyageurs intéressés à se rendre à la Barbade.

Les possibilités de transport international pourraient être considérablement réduites, ce qui rendrait difficile votre retour au Canada. Il n'est pas prévu d'offrir des vols de rapatriement supplémentaires, prévient le gouvernement du Canada.

Le rappeur canadien Drake, lui, a décidé de prendre ce risque si on en croit des photos publiées sur les réseaux sociaux en direct de la Barbade.

Il n’est pas le seul, d'après Peter Mayers, selon qui un nombre important de candidats du Québec et de l'Alberta auraient déjà présenté une demande de visa.

Avec les informations de Pete Evans de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !