•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retour au jeu progressif des Vikings de Gatineau

Un terrain de football avec des joueurs qui s'entraînent.

Les Vikings de Gatineau ont repris l'entraînement le 21 juillet.

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Les Vikings de Gatineau entament mardi leur deuxième semaine d’activité. L’organisation de football mineur prend son temps pour effectuer son retour vers une pratique complète du football avec plaquage.

Même si la Santé publique du Québec permet un total de 15 minutes de contacts pendant la pratique du sport, les Vikings ont décidé de se concentrer sur les exercices d’habiletés individuelles pour amorcer leur saison.

On prend des petits pas. Je ne veux pas qu’un joueur ou un parent ait la COVID-19, ce n’est vraiment pas mon but, mentionne Gawain Harding, le président des Vikings.

Il précise que toutes les saisons débutent en mettant l’accent sur l’amélioration des capacités cardiovasculaires des jeunes, ainsi que de leur jeu de pied, avant de penser aux contacts.

La différence cette fois-ci, c’est qu’au lieu d’avoir 120 joueurs qui représentent les quatre catégories d’âge des Vikings en même temps sur le terrain, chaque groupe a sa plage d’entraînement réservée, pour faciliter la distanciation.

Football en distanciation

Il faut garder deux mètres de distance et ne pas se toucher, explique Vincent Berthiaume, qui évolue dans la catégorie moustique, au sujet des mesures mises en place pour respecter les consignes sanitaires.

Les entraîneurs portent des masques pendant les séances, et tous ceux qui ont accès au terrain doivent répondre à des questions sur leur état de santé, prendre leur température et se laver les mains.

Des mesures qui satisfont les parents des joueurs des Vikings, qui n’ont pas hésité à inscrire en grand nombre leurs enfants au football. Le programme affiche complet pour l’été.

Tout avait recommencé, donc on avait zéro problème avec le football. On était prêts, on avait nos masques, on connaissait les règlements, donc aucun problème, souligne Jason Guitard, le père d’un joueur de la catégorie tyke.

Son fils Alex s'impatientait à l'idée de retrouver ses coéquipiers, tout comme Véronique Tanguay, la seule fille inscrite chez les 10-11 ans. Elle a quand même hâte de pouvoir revêtir casque et épaulettes pour reprendre des entraînements normaux.

C’est un peu nul qu’on ne puisse pas se plaquer ou courir avec la balle. C’est un peu différent, mais c’est quand même le fun, explique la Gatinoise qui occupait la position de demi offensif la saison dernière.

Vincent Berthiaume en entrevue.

Vincent Berthiaume se réjouit du retour à l'entraînement des Vikings, malgré l'absence de contacts pour le moment.

Photo : Radio-Canada

Vincent Berthiaume se réjouit aussi des premiers entraînements, mais il souhaite avoir la possibilité de faire bientôt ce qu’il préfère au football : J’aime beaucoup plaquer et lancer la balle.

Joueurs, entraîneurs et parents espèrent aussi pouvoir disputer des matchs bientôt, comme le font les associations de baseball et de soccer.

Le problème des Vikings est qu’ils jouent dans l’Association de football amateur de la capitale nationale contre des équipes d’Ottawa, qui n’ont pas encore eu la permission de leur province de reprendre l’entraînement, contrairement à leurs rivaux québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Football scolaire