•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Chemin Saint-Jean-des-Piles : vitesse trop élevée selon les citoyens et des élus

Le chemin Saint-Jean-des-Piles.

Plusieurs citoyens se plaignent des voitures qui roulent sur le chemin Saint-Jean-des-Piles.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

C'est un nouveau revers pour des citoyens du secteur de Saint-Jean-des-Piles à Shawinigan qui demandent, depuis des années, un renforcement des mesures de contrôle de vitesse. Le ministère des Transports du Québec refuse une demande d'abaissement de la limite de vitesse à 40km/h du chemin Saint-Jean-des-Piles.

C'est une route très achalandée aux portes du Parc de la Mauricie. Les cyclistes, les automobilistes, mais les camions y sont nombreux. La limite y est actuellement de 50 km/h, mais selon des citoyens et élus municipaux du secteur, elle n'est que rarement respectée et la plupart des automobilistes y circuleraient à plus de 70 km/h.

Un constat que partage Mignela Teodosieva qui est commerçante et propriétaire du gîte Aux traditions.

Déjà, à 50, c’est trop élevé comme vitesse parce que c’est au milieu du village et il y a des restaurants et des gîtes, les gens traversent des fois, ils ne font pas attention et les autres qui ne respectent pas la limite, c’est très dangereux, dénonce-t-elle.

Quelqu’un va se faire écraser!

Mignela Teodosieva, propriétaire du Gîte aux traditions
De la machinerie lourde se promène dans le ville de Saint-Jean-des-Piles.

Le chemin Saint-Jean-des-Piles traverse le village.

Photo : Radio-Canada

Depuis quelques années, citoyens et élus municipaux, essaient de faire bouger les choses.

En 2017, une première demande a été faite auprès du ministère des Transports pour l'installation d'un panneau arrêt à la hauteur de la rue du Quai. La demande a été rejetée.

Nancy Déziel, conseillère municipale du district de La Rivière à Shawinigan, se dit déçue et ne comprend pas cette décision.

On ne compte pas en rester là. J’ai déjà fait la demande ce printemps pour qu’on puisse mettre des radars pédagogiques. J’avais amené cette rue-là, soit le chemin Saint-Jean-des-Piles et on m’a dit, à ma grande surprise : ‘’le projet de radar pédagogique il est financé par le gouvernement, mais dans le contrat, c’est stipulé que vous ne pouvez pas installer ces radars sur les routes du ministère des Transports'', explique-t-elle.

Radar pédagogique

Un radar pédagogique.

Photo : Kalitec.com

Là, ce qu’on fait, c’est qu’on va demander une permission et j’espère que cette fois-ci, il y aura un accueil favorable à cette demande-là.

Nancy Déziel, conseillère municipale du district de La Rivière

Mme Déziel invite aussi les citoyens du secteur Saint-Jean-des-Piles à s'adresser directement au ministère des Transports pour faire part de leurs préoccupations.

Pour entendre une entrevue sur le sujet avec Nancy Déziel à l'émission 360 PM, cliquez ici.

Le ministère des Transports n'avait toujours pas répondu à nos demandes d'entrevue en fin de journée.

Avec les informations d'Alexandre Lepoutre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !