•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du vomi de chien dans votre jardin?

Le protiste Fuligo septica sur du paillis en bois.

Le protiste Fuligo septica

Photo : Radio-Canada / Geneviève Morin

Radio-Canada

Son nom français est fleur de tan, son nom scientifique, Fuligo septica. C’est une créature qui se forme en particulier sur les chênes quand les étés sont pluvieux, mais que l’on peut voir aussi sur les paillis des jardins et sur toute autre matière organique en décomposition.

On l’appelle communément « vomi de chien » à cause de son apparence. Mais qu’est-ce que c’est au juste? Est-ce grave? Mauvais pour la santé? Et peut-on s’en débarrasser?

Contrairement à la croyance populaire, le vomi de chien n’est pas un champignon, ni une bactérie, mais une espèce de protiste appelée myxomycète (slime mould, ou moisissure visqueuse en anglais) qui se nourrit des champignons et des bactéries qui décomposent les matières organiques.

Essentiellement, ce sont des organismes monocellulaires microscopiques, un peu comme les amibes. Ils vivent de façon solitaire, sauf lorsque certaines conditions sont réunies et ils se regroupent pour se nourrir et se reproduire, explique Mario Tenuta, professeur au Département de la science du sol à l’Université du Manitoba et membre de la chaire de recherche industrielle du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Cette année, plusieurs régions du pays — particulièrement dans les provinces de l’Ouest et le nord-ouest de l’Ontario — connaissent des étés chauds et exceptionnellement pluvieux, soit les deux conditions nécessaires pour la prolifération de ces moisissures gluantes qui sont d’ailleurs présentes dans le monde entier.

Il se peut donc que l’on en trouve beaucoup plus dans nos jardins, sur nos propriétés et dans la forêt, explique M. Tenuta.

Le blob du cinéma, en vrai

Le regroupement d’organismes monocellulaires, qui mesure d’habitude entre 1 et 3 centimètres d'épaisseur et jusqu’à plusieurs mètres de diamètre, forme ce qui s’appelle un plasmode. [Ce dernier est] une masse molle de cytoplasmes qui permet à la créature de se mouvoir en rampant ou en s’écoulant comme une amibe.

À la formation du plasmode, le myxomycète est mousseux et d’un jaune vif, d’où son autre appellation anglaise : scrambled eggs slime mold (myxomycète oeufs brouillés). Au fur et à mesure que le processus de reproduction progresse, la masse devient beige et brun avant de noircir et de devenir poudreuse. C’est à ce dernier stade que le myxomycète libère ses spores, qui sont emportées par le vent ou par des insectes.

Un myxomycète de couleur jaunâtre sur un paillis.

Peu après sa formation, le myxomycète Fuligo septica est mousseux et de couleur jaune vif.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Morin

En fonction des conditions environnementales et de la disponibilité des nutriments, le phénomène dure de quelques jours à quelques semaines. Le plasmode peut même se déplacer à une vitesse de quelques centimètres à l’heure pour accéder à de nouvelles matières en décomposition.

Mais cela n'est pas en train de tuer votre pelouse ou votre arbre, précise le scientifique. La protiste vit uniquement de matières déjà mortes. En fait, elle est bénéfique parce qu’elle élimine ces matières-là. Elle se nourrit des bactéries et des champignons qui font le travail de décomposition et retournent au sol des nutriments.

Une merveille de la nature

Bien qu’inesthétique, le vomi de chien n'est ni dangereux ni toxique, souligne M. Tenuta. [Les spores] peuvent entraîner une réaction allergique bénigne chez certaines personnes sensibles ou bien des difficultés respiratoires chez des asthmatiques, mais les risques sont plutôt minimes, ajoute-t-il.

Il peut, par contre, être difficile de s’en débarrasser, vu que les spores sont microscopiques et peuvent rester dormantes dans le sol pendant de nombreuses années. Le mieux est de l’écraser en petits morceaux avec une pelle et de le laisser sécher. Ensuite, on peut ramasser le tout à la pelle et le jeter.

Si le vomi de chien se trouve sur l’écorce d’un arbre ou sur du bois d’oeuvre, on peut tout simplement le gratter pour l’enlever.

Mais,comme le myxomycète ne s’attaque pas à des plantes vivantes, Mario Tenuta suggère plutôt de prendre une loupe et d’admirer un organisme qui laisse les scientifiques perplexes depuis des années.

Des chercheurs ont récemment découvert que ces moisissures gluantesarrivent à mémoriser des connaissances, alors qu’elles n’ont pourtant pas de cerveau ni de système nerveux, fait remarquer le spécialiste de la science du sol.

Nous en avons encore beaucoup à apprendre, conclut-il. Les myxomycètes sont vraiment une merveille de la nature.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !