•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baisse d'achalandage marquée dans les musées

Des visiteurs sont au kiosque d'informations pour acheter un billet d'entrée. Une employée les attend à l'autre porte, les mains dans le dos. Tous portent un masque.

Il y a un an, le Musée des religions du monde, à Nicolet, devenait le Musée des « cultures » du monde.

Photo : Radio-Canada / Marilyn Marceau

Radio-Canada

Alors que le déconfinement est en cours depuis plusieurs semaines, les musées régionaux constatent que les visiteurs ne sont pas au rendez-vous comme c’est habituellement le cas durant la saison estivale. Les établissements sont beaucoup moins achalandés en raison de la COVID-19.

Par exemple, le Musée des cultures du monde, à Nicolet, reçoit seulement entre 10 et 30 % de son achalandage habituel.

Son directeur général, Christian Marcotte, croit que le port du masque obligatoire et le fait que les gens se soient beaucoup fait dire de rester à la maison sont des facteurs qui expliquent ces chiffres.

Le nouveau directeur général du Musée des religions du monde, Christian Marcotte.

Christian Marcotte.

Photo : Radio-Canada

Une grande majorité de nos visiteurs proviennent de la région de Montréal et ont 60 ans et plus. Donc, c’est sûr que ça ne nous aide pas beaucoup en ce moment, en période de COVID, ce sont des gens qui sont dans un point chaud, qui sortent peut-être un peu moins et qui sont plus âgés.

Une citation de :Christian Marcotte, directeur général du Musée des cultures du monde

Limiter le nombre de visiteurs

À la Cité de l’énergie, à Shawinigan, les règles de sécurité sanitaire limitent de beaucoup le nombre de visiteurs.

L'endroit peut accueillir seulement environ 25 % de sa capacité totale, soit 126 personnes par jour, alors qu’en temps normal, c’est entre 400 et 500 personnes qui se présentent quotidiennement.

La bonne nouvelle, c’est que les visites sont remplies au maximum de leur capacité. Il faut donc absolument réserver sa place pour avoir accès à la Cité de l’énergie.

Cette attraction touristique est loin d’être la seule à avoir dû restreindre son nombre de visiteurs en raison des règles sanitaires liées à la COVID-19.

L'autocar du tour de ville de la Cité de l'énergie vu de face. Des visiteurs sont à l'intérieur.

La Cité de l'énergie est rouverte au public.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

La directrice générale de l'endroit, Sandie Letendre, qui est aussi présidente de Culture Mauricie affirme que, pour l’instant, les organismes s’en sortent financièrement grâce à l’aide du gouvernement.

Mon inquiétude est plus au niveau de la rentabilité à moyen et long terme si les mesures se poursuivent, mentionne-t-elle. C’est sûr que si ça se poursuit, ça va prendre des mesures pour aider à rester ouvert, à continuer.

L’espoir toujours vif

Le musée POP ainsi que le musée Boréalis, à Trois-Rivières, ont actuellement environ 30 % de leur achalandage habituel. Les deux constatent une augmentation du nombre de visiteurs semaine après semaine, ce qui les encourage.

Le musée POP souligne que jusqu’à maintenant, 6 % de sa clientèle vient de la région et le reste, de l'extérieur.

À la vieille prison de Trois-Rivières, les visites sont toutes réservées depuis au moins deux semaines, étant donné le petit nombre de gens qui peuvent y entrer à la fois.

D’après les informations de Marilyn Marceau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !