•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Yvon Deschamps, le rire et l’engagement

Yvon Deschamps derrière un micro.

Yvon Deschamps animant l'émission « Samedi de rire » en septembre 1985.

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Radio-Canada

Yvon Deschamps est sans aucun doute l’humoriste le plus connu et le plus apprécié au Québec. L’homme a fait rire la société québécoise et a contribué à son évolution en lui montrant ses travers. Nos archives témoignent de l’engagement de ce monologuiste passé maître dans l’art de l’ironie qui suscite la réflexion.

Yvon Deschamps naît à Saint-Henri le 31 juillet 1935. Il pratique d’abord le théâtre dans les années 1950, après des cours auprès de François Rozet et de Paul Buissonneau.

Marie-Claude Dupont et Josée Lafrance accompagnent l’humoriste dans son quartier d’enfance le 10 février 1979 pour l’émission Téléjeans.

Téléjeans, 10 février 1979

L’homme y relate ses souvenirs. La vie de ce quartier ouvrier et populaire marquera son humour et son goût pour l’engagement social. Les manufactures tout autour et les travailleurs d’usines qui tentent de se syndiquer dans les années 1950 pour améliorer leurs conditions de travail l’inspireront.

Son monologue Les unions qu’ossa donne sera d’ailleurs un des premiers à le faire connaître. Yvon Deschamps y personnifie un ouvrier qui n’a aucune conscience d’être opprimé par son bon boss .

Il présentera ce personnage heureux de son sort d’exploité au théâtre de Quat’sous, lors de L’Ossitdcho.

Téléjournal, 5 février 2008

Au Téléjournal du 5 février 2008, le journaliste Louis-Philippe Ouimet relate l’histoire du théâtre de Quat’sous fondé par Paul Buissonneau. La mythique revue musicale et humoristique iconoclaste qui met en scène Yvon Deschamps, Mouffe, Robert Charlebois et Louise Forestier y est présentée du 28 mai au 20 juin 1968.

Ça a changé ma vie, je n’ai pas fait autre chose après ça.

Yvon Deschamps

Après l’Osstidcho, Yvon Deschamps se produira seul en tant que monologuiste. Son style est corrosif, crée le malaise et fait réfléchir.

Ça va tellement plus loin quand ça rit. (…) La scène est le seul endroit au monde où je n’ai plus de tabous. Où je peux parler fort, rire et pleurer. Ce que je dis sur une scène parfois, je ne pourrais même pas le dire à mes amis.

Yvon Deschamps

Yvon Deschamps campe un personnage qui dit des énormités. Il secoue les idées en affirmant le contraire de ce qu’il pense réellement.

Avec ses monologues, l’humoriste abordera des sujets sensibles et dénoncera des attitudes intolérantes, dont le racisme (Nigger Black), l’homophobie (Les Tapettes) et le machisme, comme dans cet extrait du monologue La libération de la femme présenté à Lise Lib le 27 décembre 1975.

Lise Lib, 27 décembre 1975

En 1976, quelque 300 000 Québécois sont réunis sur le Mont-Royal pour y célébrer la Saint-Jean. Yvon Deschamps participe au spectacle 1 fois 5 qui fera date dans l’histoire de la musique québécoise. L’humoriste est accompagné sur scène de Robert Charlebois, Claude Léveillée, Jean-Pierre Ferland et Gilles Vigneault.

Même s’il n’hésite pas à militer pour la souveraineté du Québec, Yvon Deschamps se considère comme apolitique. Pour lui, la question nationale est au-dessus des partis politiques. C’est ce qu’il explique à Denise Bombardier lors d’une entrevue présentée à l’émission Noir sur Blanc le 20 octobre 1979.

Noir sur blanc, 20 octobre 1979

L’animatrice le questionne également sur le sens donné à ses écrits. Des paroles qui n’ont pas toujours été interprétées au deuxième degré et qui lui ont occasionné certaines critiques.

Le jour où les gens se sont mis à faire des thèses sur ce que j’écrivais, je me suis mis à avoir tellement peur de l’interprétation qu’on faisait de mes affaires que je me suis arrêté d’écrire pour un an et demi.

Yvon Deschamps

Le 5 mai 2006, à l’émission Le Point, Dominique Poirier reçoit le géant de l’humour en compagnie de son épouse Judi Richards. Ensemble, le couple cumule plusieurs années d’implication sociale et de bénévolat.

Téléjournal/ Le Point, 5 mai 2006

« C’est lui qui m’a fait découvrir qu’il faut prendre soin de notre voisin », affirme Judi Richards.

Au cours de sa carrière, Yvon Deschamps s’impliquera tant pour des causes internationales, avec Oxfam, que sur le plan local avec Le Chaînon et l’Association sportive et communautaire du quartier Centre-Sud (ASCCS).

Yvon Deschamps est fait Chevalier de l’Ordre national du Québec en 2001, Grand Montréalais en 2010, Compagnon de l’Ordre des Arts et des lettres du Québec en 2017 et est récipiendaire de la médaille de l’Assemblée nationale (2018).

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Arts