•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Québec met en garde les jeunes

Geneviève Guilbault s'adresse aux journalistes.

La vice-première ministre Geneviève Guilbault a vivement dénoncé le comportement des manifestants antimasques le week-end dernier.

Photo : The Canadian Press / Paul Chiasson

Radio-Canada

« On observe une tendance inquiétante chez les jeunes » de 15 à 34 ans qui peuvent être des vecteurs de transmission, affirme la vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault.

En point de presse lundi, Mme Guilbaut a expliqué que la pandémie de COVID-19 était actuellement sous contrôle au Québec et que les hôpitaux disposaient de bonnes marges de manoeuvre et étaient actuellement prêts à réagir en cas de besoin.

Qui plus est, a ajouté Mme Guilbault, les autorités de la santé ont dépassé la semaine dernière l'objectif de tests de dépistage quotidiens qui avait été fixé par le gouvernement, ce qui permet un bon suivi de la situation sanitaire pour le moment.

Malgré ces nouvelles rassurantes, la vice-première ministre a souligné que la situation actuelle dans le groupe d'âge des 15 à 34 ans, soit les jeunes, préoccupe les autorités sanitaires, notamment leur fréquentation des bars et des fêtes privées où de nombreuses personnes se rassemblent et se rapprochent en violation des règles sanitaires et de distanciation.

Il y a une proportion importante des nouveaux cas chaque jour qui touchent ce groupe d’âge là, les 15-34 ans.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec

Comme l'ont à maintes reprises répété les autorités de la santé, la ministre a rappelé aux jeunes que même s'ils développent peu de symptômes, ils peuvent être porteurs du virus et peuvent le transmettre à des membres de leur entourage qui, eux, sont plus vulnérables à la maladie.

Geneviève Guilbault a aussi rappelé aux 15-34 ans que la COVID-19 peut également entraîner de sérieuses complications et séquelles chez les jeunes qui la contractent, même si le taux de mortalité est faible dans cette tranche d'âge.

Vous avez littéralement en ce moment le pouvoir entre vos mains d’influencer le cours des choses et de faire en sorte que la situation va demeurer sous contrôle, a déclaré Geneviève Guilbault en s'adressant aux jeunes Québécois.

Je vous demande de vous mobiliser, de mobiliser votre entourage, vos amis, votre gang, les gens avec qui vous tenez pour respecter les consignes de la santé publique.

Croyez-moi, vous n’avez pas envie de vous retrouver aux soins intensifs dans un centre hospitalier. C’est la raison pour laquelle on vous demande d’être prudents.

Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec

Pendant ce temps, la propagation du coronavirus demeure stable au Québec, où on a enregistré 145 nouveaux cas de COVID-19 au cours des dernières 24 heures, selon les données dévoilées par la santé publique lundi, et aucun décès supplémentaire.

Au total, 58 728 personnes ont été infectées depuis le début de l'épidémie de coronavirus au Québec. De ce nombre 5667 sont mortes.

Actuellement, 200 malades sont hospitalisés en raison de la maladie. Il s'agit de 3 de plus qu'à pareille heure dimanche. De ces patients, 7 se trouvent aux soins intensifs, soit 3 de moins que la veille.

La ministre choquée par les manifestations antimasques

Outre la situation sanitaire, la vice-première ministre a déploré le comportement des manifestants antimasques qui se sont rassemblés pour manifester le week-end dernier à Québec et Montréal.

Précisant qu'ils ont tout à fait le droit de manifester leur désaccord avec les politiques du gouvernement, la ministre Guilbault s'est dite par contre choquée par le fait qu'ils ne respectaient pas les deux mètres de distanciation et que pratiquement personne ne portait de masque lors de ces événements.

Des manifestants méprisaient carrément les efforts qui sont faits en ce moment pour protéger notre santé , s'est indignée Mme Guilbault.

La ministre a également vivement dénoncé les manifestants qui ont insulté et encerclé des journalistes qui couvraient ces événements en respectant les mesures de distanciation, notamment une journaliste à qui des manifestants ont fait une accolade en direct à la télévision. Une situation jugée inacceptable par Geneviève Guilbault, qui a ajouté que le gouvernement travaille actuellement sur un resserrement des mesures répressives pour ceux et celles qui feront fi délibérément des consignes sanitaires.

Personne n'a le droit de mettre en danger la santé des autres [...] On ne peut pas tolérer des situations comme ça, a ajouté la vice-première ministre.

Appel au civisme pour les touristes délinquants

La ministre a également profité de son point de presse pour rappeler à une minorité de touristes les règles élémentaires de respect et de savoir-vivre lorsqu'ils voyagent notamment en Gaspésie et au Saguenay-Lac-St-Jean, où le comportement de certains touristes qui perturbent des milieux naturels en y campant sans permission et en y laissant des amoncellements d'ordures dérange de plus en plus.

Se disant très heureuse de constater que les Québécois ont décidé de voyager dans leur province cette année, Geneviève Guilbaut a par contre dénoncé le manque de civisme d'une minorité de touristes qui laissent des déchets sur des plages, dans les cours d'eau et sur les terrains de camping.

Plus tôt, la députée péquiste de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, a demandé à Québec d'envoyer un message fort aux touristes fautifs, notamment en augmentant la surveillance.

Pour tenter de résoudre les problèmes liés au camping « sauvage » en Gaspésie, la députée de Gaspé a notamment demandé à Geneviève Guibault de se rendre sur le territoire gaspésien pour constater la situation.

Par ailleurs, la période probatoire est terminée dans les transports en commun : les Québécois devront dorénavant porter un couvre-visage pour les utiliser. Les sociétés de transport de la province pourront refuser l'accès à tous les réfractaires.

COVID-19     : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé