•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Julien Lacroix visé par des allégations d'agressions sexuelles

L'humoriste admet avoir fait des « conneries » après la publication d'un article étoffé du Devoir citant plusieurs femmes qui dénoncent son comportement, mais se défend d'être un « prédateur sexuel ». Il dit vouloir prendre du recul.

L'humoriste sur le plateau de l'émission.

Julien Lacroix, sur le plateau de l'émission « Bonsoir bonsoir! », en juin. L'humoriste est notamment connu pour ses capsules éducatives sur la sexualité destinées aux jeunes.

Photo :  La production est encore jeune

Radio-Canada

L’humoriste Julien Lacroix est visé par des allégations d’agressions et d’inconduites sexuelles dans un article du quotidien Le Devoir étoffé du témoignage de nombreuses femmes. Le principal intéressé admet avoir fait des conneries, mais se défend d’être un prédateur sexuel. Il dit vouloir prendre du recul.

Le Devoir relate une dizaine de témoignages de femmes. Certaines allèguent avoir été embrassées sans leur consentement, tandis qu'une d'entre elles allègue avoir été agressée sexuellement.

Radio-Canada n’a pas pu vérifier indépendamment ces allégations, qui s’inscrivent dans une récente vague de dénonciations visant différentes personnes, dont des personnalités publiques.

Aucune des victimes alléguées n'a porté plainte à la police.

Lacroix admet des « conneries », se défend d’être un « prédateur sexuel »

Je suis bien sûr désolé si j’ai déjà blessé quelqu’un, ça n’a jamais été dans mes intentions, a rétorqué l’humoriste dans un message publié à l’aube, lundi, sur Facebook, après s’être demandé si le mouvement de dénonciation se fait de la bonne façon et ce qui distingue les vraies dénonciations des allégations non fondées.

J’ai 27 ans, j’en ai fait des conneries dans ma courte vie, par contre ce matin, Le Devoir va trop loin. […] Je ne suis pas un ange, mais pas un démon non plus, et certainement pas le prédateur sexuel qui sévit depuis une décennie comme Le Devoir me décrit ce matin.

Julien Lacroix, sur Facebook

L’humoriste ne précise pas à quelles conneries il fait référence, et ne répond à aucune des allégations spécifiques le visant. Il souligne que la plupart des événements qu’on [lui] reproche seraient survenus quand [il était] mineur et se plaint de ne pas avoir pu donner [sa] version des faits au Devoir.

Le quotidien précise que Julien Lacroix, lauréat de quatre Olivier au dernier gala des humoristes québécois, a refusé des demandes répétées d’entrevue pour cet article, puisqu’il voulait connaître au préalable le nom des sources de la journaliste avant de décider s’il allait commenter.

Les grands médias refusent toujours d’obtempérer à ce genre de demande, contraire aux bonnes pratiques du métier.

Julien Lacroix annonce en outre qu’il va prendre du recul par rapport à tous les projets auxquels [il est] associé, ainsi que [son] équipe de gérance et de production. Il dit aussi réfléchir aux recours qui s’offrent à lui.

Largué par ses partenaires

En milieu de matinée lundi, le groupe Phaneuf, qui représente l'humoriste, avait retiré son portrait de son site Internet. Je vous confirme que nous ne représentons plus Julien Lacroix depuis ce matin, a confirmé dans un courriel Benjamin Phaneuf, le président du groupe.

Du côté de Radio-Canada, on dit suivre de près ce dossier. La diffusion des entrevues ou des prestations individuelles de l'humoriste sera suspendue sur les plateformes du diffuseur public, a fait savoir Marc Pichette, premier directeur, Relations publiques et Promotion.

Les productions dramatiques auxquelles il participe sont maintenues sur nos plateformes pour ne pas pénaliser l’ensemble des artistes et artisans qui en font partie, a-t-il toutefois précisé.

Télé-Québec se dissocie également de l'humoriste et retire temporairement la websérie On parle de sexe, en raison des allégations qui pèsent contre Julien Lacroix et du jeune public auxquelles s’adressent ces capsules, a confirmé l'attachée de presse Aurélia Genay.

Bell Média a aussi fait savoir qu’elle cessait de promouvoir le contenu de l’artiste. Nous allons suspendre la diffusion des interviews et des performances individuelles de Julien Lacroix sur toutes nos plateformes jusqu'à nouvel ordre, a déclaré Samuelle Huot, chef des communications et relations publiques.

En ce qui concerne les autres émissions sur nos plateformes, nous ne prévoyons pas modifier nos grilles par respect pour tous les artistes et les équipes de production qui font partie des émissions et qui dépendent d'elles pour leur carrière professionnelle, a ajouté Mme Huot.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.