•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La patrouille Bear Clan reçoit 1,2 M$ pour son chapitre à Kenora

Cinq hommes et deux femmes en uniforme, devant une camionnette.

Daryl Redsky, à gauche, et James Favel, deuxième à partir de la droite, avec des membres de la patrouille communautaire Bear Clan de Kenora et de la Police provinciale de l’Ontario.

Photo : James Favel

Radio-Canada

S'appuyant sur le modèle de Winnipeg, la patrouille communautaire Bear Clan de Kenora, dans le nord-ouest de l’Ontario, reçoit 1,2 million de dollars pour financer un projet pilote d’un an qui verra le groupe démarrer ses activités de façon permanente.

C’est incroyable, s’enthousiasme Daryl Redsky, un membre fondateur du chapitre du Bear Clan à Kenora. Cet argent nous permettra d’avoir une vraie présence sur le terrain.

Les enveloppes du gouvernement de l'Ontario, qui a déboursé 800 000 $, et du Conseil des services du district de Kenora, qui a octroyé 400 000 $ au projet pilote, aideront le groupe autochtone à patrouiller les rues et les places publiques de la ville, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, confirme le député provincial de Kenora-Rainy River, Greg Rickford, dans un communiqué publié vendredi.

L’investissement d’aujourd’hui vise directement à remédier la crise actuelle qui sévit au centre-ville de Kenora, souligne M. Rickford.

Les patrouilleurs porteront des vestes à haute visibilité et se promèneront au coeur du centre-ville de Kenora. L’équipe aura également un travailleur de soutien mobile avec un véhicule pour répondre à des appels, emmener des gens à l’hôpital ou ailleurs, et transporter des biens nécessaires.

M. Redsky espère que le projet pilote donnera des résultats positifs pour que le groupe puisse s’étendre et s’intégrer dans des communautés avoisinantes.

Nous serons là pour assister les populations itinérantes et vulnérables et aussi la communauté en général, dit M. Redsky, ajoutant que le groupe pourra surveiller les personnes en détresse et les amener à un centre de désintoxication, si besoin est.

Une fois que [le programme Bear Clan] aura satisfait aux attentes, nous espérons qu’il sera financé pendant longtemps.

Le chapitre de Winnipeg espère un soutien semblable

La plus récente itération de la patrouille Bear Clan a vu le jour à Winnipeg en 2015 à la suite de la mort de l’adolescente Tina Fontaine.

Le chapitre à Kenora a fait son apparition en 2016, après que le corps de Delaine Copenace, une fille de 16 ans, a été retrouvé dans le lac des Bois, mais n’avait pas les ressources nécessaires pour opérer de façon constante jusqu’à présent, explique M. Redsky.

Le modèle communautaire de prévention du crime compte maintenant plusieurs chapitres à travers le Canada.

James Favel, le directeur général et fondateur du groupe winnipégois, a aidé à former les membres du chapitre de Kenora. Il dit que l’argent fera beaucoup pour appuyer les personnes vulnérables de la région de Kenora, tout en ajoutant qu’il veut sécuriser un financement de base pour le chapitre de la capitale manitobaine.

J’espérais que nous pourrions accomplir la même chose ici, à Winnipeg, et je l’espère encore, atteste-t-il. Ça fait six ans que nous martelons le pavé, et nous devons toujours travailler d’arrache-pied pour assurer notre financement, en dénichant de petites subventions ici et là.

Daryl Redsky espère que le chapitre de Kenora pourra engager comme leaders d’équipe des personnes qui ont connu le sans-abrisme, aidant ainsi des gens vulnérables à trouver un emploi et fournissant aux jeunes de la communauté des sources d’inspiration.

Nous avons des gens qui ont connu l’itinérance et qui ont réussi à s’en sortir, relate-t-il. Nous avons besoin de ce genre de modèle pour nos jeunes personnes, des personnes qu’ils peuvent respecter et imiter.

Le chapitre de Kenora compte se pourvoir en personnel et lancera ensuite un appel pour des bénévoles.

Le projet pilote sera en vigueur jusqu’à la fin de juillet 2021, confirme le communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !