•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accident de vélo de montagne mortel ébranle des résidents de l’Est-du-Québec

Quatre cyclistes de dos sur leur vélo de montagne dans un sentier en forêt.

Le réseau des sentiers de l'Igloo est fréquenté par de nombreux cyclistes à Matane.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Une médecin de famille de Gaspé a perdu la vie après avoir chuté en vélo de montagne dans des sentiers de Matane, mercredi dernier. La mort de Frédérique Bélanger Ducharme, mère de trois enfants, a ébranlé le monde de la santé et du sport dans l’Est-du-Québec.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie indique qu’il s’agit d’une tragique nouvelle qui bouleverse toute la communauté médicale ainsi que les membres du personnel du CISSS de la Gaspésie.

Dans un courriel, la direction du CISSS ajoute que la Dre Bélanger Ducharme était une collègue très appréciée et offre ses pensées à sa famille et à ses proches.

Une femme en train de courir.

Frédérique Bélanger Ducharme lors d'une participation à une course organisée par Événements Gaspesia

Photo : Pierre-Mark Lavoie/Événements Gaspesia

De son côté, le directeur de courses pour Événements Gaspesia, Jean-François Tapp, se dit personnellement secoué par les événements, étant lui-même un ami de la famille de Frédérique Bélanger Ducharme.

Ça fait partie de la vie des sportifs, les accidents, sauf qu'on pense toujours que ça ne nous arrivera jamais à nous. Et là, leur vie est bouleversée, la vie des enfants, la vie de tout le monde, mais particulièrement la leur.

Jean-François Tapp, ami de la famille et directeur de course pour Événements Gaspesia

Ce drame touche aussi d’autres adeptes de vélo de montagne, dont certains n’ont jamais croisé Frédérique Bélanger Ducharme.

C’est une chute qui peut arriver, qui peut nous arriver. [...] C’est sûr qu’on l’avait en tête aujourd’hui quand on faisait du vélo, raconte une cycliste rencontrée dimanche aux sentiers de l’Igloo de Matane, où a eu lieu l’accident. On a essayé de faire ça doucement.

L’accident mortel provoque même des réactions jusque de l’autre côté du fleuve, sur la Côte-Nord. C’est très tragique, affirme Olivier Lacoste, membre du conseil d'administration du club de vélo Norcycle, à Sept-Îles. On ne peut pas rester insensible face à une telle situation.

Réduire les risques, sans jamais être à l’abri des accidents

Si la mort de Frédérique Bélanger Ducharme est avant tout une grande perte pour sa famille, ses amis et ses collègues, l’accident qui lui a coûté la vie est également un triste rappel que le risque zéro n’existe pas, en vélo de montagne comme dans toute activité sportive.

Il n’y a personne à pointer du doigt en matière de sécurité, soutient Jean-François Tapp. C’est vraiment une responsabilité de chacun, la sécurité.

Ce qui est important dans ce sport, c'est de bien s'informer sur le sujet afin de s'assurer d'une pratique sécuritaire, ajoute Dave Ringuette, président des Sentiers du Mont-Comi, au Bas-Saint-Laurent.

Un sentier de vélo de montagne au Mont-Comi.

Un sentier de vélo de montagne au Parc du Mont-Comi

Photo : Radio-Canada / Samuel Ranger

Olivier Lacoste recommande à tous les adeptes de vélo de montagne de suivre des cours ou de demander conseil aux cyclistes plus expérimentés afin de développer de bonnes techniques.

Il rappelle aussi l’importance de s’assurer d’avoir un vélo en bon état, en plus de l’équipement de protection nécessaire.

Il n’y a pas de temps où on peut dire : je fais du vélo de façon sécuritaire sans avoir un casque sur la tête.

Olivier Lacoste, membre du conseil d'administration du Club de vélo Norcycle

Dave Ringuette et Olivier Lacoste soulignent aussi qu’il est primordial de respecter ses limites. Pour ceux qui s'initient à ce sport, il est capital de respecter sa progression, affirme le président des Sentiers du Mont-Comi.

De plus, Olivier Lacoste suggère d’explorer les sentiers à pied avant de s’y élancer en vélo, pour se familiariser avec les obstacles qui s’y trouvent.

En terminant, le représentant du club de vélo Norcycle recommande de ne pas se laisser impressionner par les prouesses observées sur le web.

Comme plusieurs, j’aime bien regarder différentes chaînes sur YouTube qui présentent du vélo extrême, des sauts que seuls des professionnels peuvent réaliser, mais ce n’est pas ça, le vélo de montagne. La plupart du temps, où on va rouler, se balader dans des sentiers en forêt, sans vraiment de sauts, ce qui est beaucoup plus accessible et moins dangereux, conclut-il.

Avec des informations de Catherine Poisson et Michaële Perron-Langlais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Activités sportives