•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ruée touristique dans Charlevoix entre soulagement et inconvénients

Plusieurs personnes sont sur une plage de Baie-Saint-Paul.

Le reportage de Marie-Pier Mercier

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

Radio-Canada

Les touristes sont nombreux dans Charlevoix cet été. Si l'achalandage fait le bonheur des commerçants et de l'industrie touristique, leur présence a certains inconvénients.

Le Festif! de Baie-Saint-Paul, un festival qui attire près de 40 000 personnes en juillet, a été annulé. Malgré tout, des milliers de Québécois ont décidé de passer leurs vacances dans la région.

C’est comme le Festif! tous les jours, lance Léa Proulx, présidente des gens d'affaires de Baie-Saint-Paul.

La ville profite d'une saison touristique inespérée. Les restaurants, les hôtels et les campings sont pleins.

On est complet tous les week-ends jusqu'au 15 août. On peut avoir quelques disponibilités pendant la semaine, mais pour les vacances de la construction, on peut dire qu'à cette date-ci, on est pratiquement complet, souligne Yves Fromant, directeur du camping le Genévrier.

Les inconvénients du tourisme

L'achalandage apporte toutefois son lot d'inconvénients. La circulation n'est pas aussi fluide, selon certains habitants.

Une résidente de Baie-Saint-Paul, Annie Simard, déplore que les déplacements entre les commerces prennent beaucoup plus de temps.

On est habitué, c'est 5 minutes un endroit, 5 minutes l'autre. Là, c'est du 20 minutes comme il faut, explique-t-elle.

Les commerces peinent également à embaucher le personnel nécessaire pour répondre à la demande.

On manque de main-d'œuvre, c'est certain. On fait notre possible pour couvrir toutes les heures de commerce, affirme Léa Proulx, présidente des gens d'affaires.

Des gens commandent de la nourriture dans un kiosque.

Des touristes à Baie-Saint-Paul

Photo : Radio-Canada / Marie-Pier Mercier

La clientèle n'est pas non plus celle à laquelle la municipalité est habituée. Selon le maire, certains touristes ont improvisé des espaces de camping là où cela n'est pas permis. Sans compter les véhicules récréatifs installés sur des propriétés privées, sans autorisation.

Mitchell Dion, directeur général de Tourisme Charlevoix, explique que la plupart des touristes ont un comportement exemplaire. Or, plusieurs campent illégalement puisque plusieurs établissements touristiques affichent complet.

Les municipalités ont dû intervenir. Nous, on essaye de faire beaucoup de sensibilisation à l'intention des visiteurs dans tous nos bureaux d'informations, ajoute-t-il.

Souvent, effectivement, ça vient des plus jeunes, sans essayer de stigmatiser qui que ce soit, dit le maire Jean Fortin.

Manque de toilettes publiques

En raison de la pandémie, l’accès aux toilettes est aussi difficile. Il n’y en a pas assez pour répondre à la demande.

Il n'y a pas de toilettes à ciel ouvert nulle part. À date, ce n'est pas ce qu'on voit, mais ça demeure quand même préoccupant, soulève le maire.

Selon des résidents, la situation n'est pas comparable à celle de la Gaspésie. Je n'ai pas vu de débordement majeur, constate Ronaldo Riccio.

D’après un reportage de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !