•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec rapporte 171 nouveaux cas de COVID-19

Des gens portant un masque font la file pour passer un test de dépistage de la COVID-19.

Québec a mené plus de 1,1 million de tests de dépistage de la COVID-19 jusqu'à maintenant.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le Québec a enregistré 171 nouveaux cas de COVID-19 au cours des dernières 24 heures, selon les plus récentes statistiques fournies par la santé publique samedi, ce qui porte le bilan à 58 414 infections dans la province.

La province a également annoncé 3 décès supplémentaires en raison de la COVID-19, dont un est survenu avant le 18 juillet. Au total, 5666 personnes ont succombé à la maladie depuis le début de l'épidémie.

Parmi les personnes infectées, 206 sont actuellement hospitalisées, il s'agit de 14 personnes de moins que la veille. On compte toujours 12 patients aux soins intensifs.

Le nombre des prélèvements analysés le 23 juillet s'établit à 16 440, bien au-dessus de l'objectif des 14 000 souhaité par les autorités.

Québec a lancé une campagne publicitaire ciblant les jeunes vendredi. Les autorités s'inquiètent de l'actuelle recrudescence de nouveaux cas, qui touchent surtout les jeunes de moins de 40 ans.

Pour la première fois depuis le 26 juin, le nombre de cas actifs de COVID-19 au Québec a dépassé le seuil des 2000.

Régions chaudes

Deux régions sont particulièrement touchées par la recrudescence de la pandémie : l'île de Montréal et la Montérégie, où l'on a enregistré respectivement 85 et 34 nouveaux cas.

Malgré cette légère hausse observée depuis plus de dix jours, le gouvernement de François Legault a tout de même annoncé que les rassemblements publics de moins de 250 personnes seront autorisés dès le 3 août.

L'objectif est d'offrir un répit aux industries culturelles et sportives, durement éprouvées par les restrictions mises en place depuis la mi-mars.

Opposition au port du masque

Malgré cette hausse des cas de contamination, une centaine de personnes ont manifesté samedi à Montréal contre le port obligatoire du masque dans les lieux publics fermés et les mesures sanitaires imposées par les autorités de santé publique. Le rassemblement s'est déroulé de façon pacifique.

L'obligation de porter un couvre-visage dans les lieux publics fermés est en vigueur depuis le 18 juillet au Québec. Depuis, quelques incidents ont été rapportés, dont une arrestation dans un Tim Hortons de Montréal.

Pour sa part, la Société de transport de Montréal (STM) a condamné samedi une altercation entre un homme portant un couvre-visage et un autre sans masque à bord d’un autobus qui a été filmée et largement partagée sur les réseaux sociaux.

Ce comportement est inacceptable et [nous] déplorons cette situation, indique la STM dans un communiqué, rappelant que le port du couvre-visage est obligatoire dans le transport en commun.

Nos équipes ne peuvent interdire l’accès aux installations ou aux véhicules, mais s’assureront de sensibiliser les clients à l’importance du respect de cette mesure. Des messages audio sont diffusés dans le métro et des messages pré-enregistrés peuvent également être diffusés sur demande dans le bus, si le chauffeur constate que des clients ne respectent pas la mesure, peut-on lire dans leur déclaration. 

Selon la STM, plus de 95 % des usagers portent désormais un couvre-visage. La STM rappelle que les agents de station et inspecteurs ont des masques à leur disposition pour les clients qui n’en auraient pas au moment de leurs déplacements.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé