•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les restrictions reprennent de la vigueur dans le monde

Des visiteurs masqués au musée du Louvre prenant un selfie.

La France a imposé le port du masque dans les espaces publics fermés.

Photo : reuters/ / Charles Platiau

Radio-Canada

Contrôles de voyageurs en Europe, restrictions pour les étudiants étrangers aux États-Unis, port de masques obligatoires : les mesures sanitaires contre l'épidémie de coronavirus reprennent de la vigueur, alors que l'OMS s'inquiète pour l'Europe et que les cas se multiplient sur le continent américain.

Aux États-Unis, pays le plus endeuillé avec 145 000 décès liés à la COVID-19, plus de 70 000 nouveaux cas ont encore été dénombrés vendredi, ainsi que 1150 morts, selon le comptage de l'université Johns Hopkins.

Le nombre total d'infections diagnostiquées sur le sol américain depuis le début de la pandémie est de 4,1 millions.

L'aggravation du bilan est principalement due à une flambée des transmissions en Arizona, Californie, Floride et Texas.

Le gouvernement Donald Trump, qui, dans le contexte de la pandémie, a déjà suspendu la délivrance de visas, a ciblé vendredi les étudiants étrangers.

Ceux-ci ne pourront plus entrer aux États-Unis si leurs cours sont en ligne, ce qui risque d'être le cas dans de multiples universités à cause du coronavirus. Le pays compte près d'un million d'étudiants étrangers.

Dans le même temps, sous la pression de la Maison-Blanche qui veut réactiver l'économie, les autorités sanitaires ont mis à jour de nouvelles règles pour favoriser un retour en classe des élèves américains à la rentrée.

L'imposition du port d'un masque gagne aussi du terrain : le géant de la restauration rapide McDonalds va obliger tous ses clients à en porter un à partir du 1er août.

En Europe, l'épidémie a tué 207 118 personnes, en affectant 3 millions au total, selon un comptage de l'AFP.

La récente résurgence de cas de COVID-19 dans certains pays après l'assouplissement des mesures de distanciation est certainement une cause d'inquiétude, a déclaré à l'AFP une porte-parole de la branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L'organisation a appelé les pays européens à rester réactifs et à lever les restrictions avec attention voire à les réintroduire si besoin.

Contrôle des voyageurs en Europe

Des voyageurs en déplacement.

L'Allemagne propose des tests gratuits aux voyageurs qui reviennent au pays.

Photo : Reuters / Kai Pfaffenbach

Plusieurs pays de la région ont renforcé les contrôles des voyageurs. L'Allemagne propose des tests gratuits aux voyageurs de retour dans le pays.

La France, où la circulation virale est en nette augmentation selon les autorités sanitaires, a rendu obligatoires les tests pour les voyageurs arrivant de 16 pays, dont les États-Unis et l'Algérie.

Le premier ministre Jean Castex a recommandé aux Français d'éviter de se rendre en Catalogne, dans le nord-est de l'Espagne, où le gouvernement a ordonné vendredi la fermeture des discothèques et bars face à l'augmentation des infections.

La Norvège a de nouveau imposé des restrictions sur les voyages avec l'Espagne, où l'épidémie repart à la hausse.

La Belgique a battu vendredi un triste record : une fillette de trois ans est morte des suites de la COVID-19 il y a quelques jours, ce qui fait d'elle la plus jeune victime du virus dans ce pays où le nombre de contaminations est en hausse et atteint 64 847.

Une terrasse de restaurant peu achalandée.

Le nombre de cas est en hausse en Belgique et frôle les 65 000.

Photo : Reuters / Yves Herman

En Angleterre, l'obligation de porter le masque dans les magasins et les supermarchés est entrée en vigueur alors que piscines et salles de sport sont appelées à rouvrir samedi.

Explosion de cas en Amérique latine

En Amérique latine et aux Caraïbes, le seuil des quatre millions de cas a également été franchi. Le Brésil à lui seul compte désormais plus de 2,2 millions de cas.

Sao Paulo a décidé de reporter son carnaval et Rio de Janeiro réfléchit à cette option.

La situation est particulièrement dramatique au Pérou, où le système sanitaire de la deuxième ville du pays, Arequipa, est totalement saturé. Des personnes infectées dorment dans des tentes devant les hôpitaux ou dans leurs voitures, dans l'espoir d'obtenir une place.

Au Nicaragua, les masques seront aussi pour les reines de beauté alors que la compétition pour la couronne de Miss Nicaragua 2020 est maintenue, mais à huis clos.

Le Panama a quant à lui annoncé qu'il renonçait à organiser la Coupe du monde féminine de soccer des moins de 20 ans, qui devait avoir lieu début 2021, ainsi que les Jeux sportifs d'Amérique centrale et des Caraïbes de 2022.

Selon la Croix-Rouge, le bilan économique catastrophique de la pandémie risque par ailleurs de déclencher de nouvelles vagues de migration une fois les frontières rouvertes.

Bilan à la hausse en Asie

En Inde, 740 nouveaux décès attribués à la COVID-19 ont été recensés en 24 heures, selon un bilan officiel vendredi. Avec 30 000 décès, le pays devient le sixième comptant le plus de morts, derrière les États-Unis, le Brésil, la Grande-Bretagne, le Mexique et l'Italie.

La Corée du Sud fait état du bilan le plus élevé en près de quatre mois avec 113 nouveaux cas, dont 86 personnes arrivées de l'étranger, ce qui porte le total national à 14 092 infections. Le pays était, en février, le deuxième plus touché par l'épidémie après la Chine.

Plusieurs pays ont, eux, choisi d'imposer à nouveau des mesures de confinement partiel. Les quelque 10 millions d'habitants de Tokyo ont ainsi été invités à rester chez eux depuis jeudi, premier jour d'un long week-end férié.

COVID-19     : ce qu'il faut savoir
Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !