•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Match de baseball : Sherbrooke ne contrevient à aucune règle, selon Québec

Le terrain de baseball vide.

Les Expos de Sherbrooke vont jouer un match devant un public maximum de 300 spectateurs au stade Amédée-Roy dimanche.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke n’est pas allée à l’encontre des directives du gouvernement provincial en autorisant la tenue d’une rencontre de la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ), dimanche, devant un public maximum de 300 spectateurs au stade Amédée-Roy, d’après le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS).

Sherbrooke avait fait l’annonce de ce match, jeudi, exactement la même journée que l’annonce de Québec qui soulignait, qu’à partir du 3 août, le nombre de personnes permis lors d'événements intérieurs et extérieurs passera de 50 à 250 personnes.

Si actuellement, dans une salle intérieure, les entraînements et les événements sportifs amateurs n’ont pas le droit d’accueillir plus de 50 personnes (nombre qui augmentera à 250 à partir du 3 août), il en est tout autre pour les rassemblements extérieurs.

Présentement, dans les lieux publics extérieurs, il n’y a pas de limite quant au nombre de personnes, indique le MSSS dans son courriel. Toutefois, le ministère recommande fortement un maximum de 50 personnes pour les rassemblements extérieurs, tout en respectant la distanciation de 2 mètres.

Même constat dès le 3 août. Le ministère de la Santé et des Services sociaux ne fait à aucun moment état d’une obligation, mais encore une fois recommande fortement un auditoire maximum de 250 personnes tout en respectant le 2 mètres de distance entre les individus.

En entrevue à Radio-Canada Estrie, jeudi, le maire de Sherbrooke, Steve Lussier disait avoir réalisé une analyse avec son équipe juridique afin d’aller de l’avant avec la rencontre de dimanche.

Dans son courriel, le bureau du MSSS indique que le raisonnement du service des affaires juridiques de la Ville de Sherbrooke semble exact.

«Plus sage» de s'en tenir à 250 spectateurs, dit Alain Poirier

Le directeur de la santé publique en Estrie, Alain Poirier, estime qu'il serait «plus sage» de n'accueillir que 250 personnes au stade Amédée-Roy pour la tenue du match de dimanche.

Il croit toutefois que les organisateurs de l'événement pourraient évaluer la possibilité de se conformer à la limite de 250 personnes, même s'ils n'en ont pas l'obligation.

Du côté des Expos de Sherbrooke, leur porte-parole, Robert Legault, croit que Québec a erré en limitant les rassemblements à 250 personnes plutôt qu'en établissant un ratio.

Les organisateurs entendent néanmoins tenir un registre des spectateurs présents lors de l'événement afin de la fournir à la santé publique en cas d'éclosion.

Thetford Mines accueillera 600 personnes

À l'instar de Sherbrooke, Thetford Mines a aussi donné son aval pour recevoir 600 personnes pour le match de son équipe de baseball au stade Desjardins.

Le maire, Marc-Alexandre Brousseau, explique que la Ville a donné son accord avant l'annonce de Québec, jeudi.

Si la santé publique oblige à partir du 3 août un maximum de 250 personnes, ils devront respecter ces règles-là.

Marc-Alexandre Brousseau, maire de Thetford Mines

Il rappelle que le stade Desjardins peut accueillir 7000 personnes et que même avec 600 spectateurs, la distanciation physique est respectée.

Des rassemblements sécuritaires

Selon le directeur de la santé publique, Alain Poirier, l'autorisation des rassemblements de 250 personnes telle qu'annoncée jeudi demeure plutôt sécuritaire, dans le contexte actuel.

Ça fait déjà un mois qu'on est à 50 dans lieux fermés et ça s'est bien passé on n'entend pas parler d'éclosion, indique Alain Poirier.

Selon lui, les lieux publics fermés où seront permis ces rassemblements comportent un plus faible risque de propagation du virus, d'autant plus que le port du masque est maintenant obligatoire.

Quand on va dans un théâtre, un cinéma ou à l'église, la distance est toujours là, on peut contrôler les entrées et les venues, les gens sont assis, ne prennent pas un verre, illustre Alain Poirier.

Il rappelle toutefois l'importance de rester prudent et de respecter les consignes sanitaires pour tenter d'éviter une deuxième vague du virus. Les risques de transmission les plus importants demeurent au sein des familles, précise-t-il. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé publique