•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sherbrooke autorisera jusqu’à 300 spectateurs au stade Amédée-Roy

Une balle de baseball

La Ville de Sherbrooke autorisera la tenue d’un match de baseball ce dimanche au stade Amédée-Roy devant 300 personnes (archives).

Photo : Istock

Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke autorisera la tenue d’un match de la Ligue de baseball majeur du Québec (LBMQ) ce dimanche au stade Amédée-Roy devant un public maximal de 300 personnes.

Cette annonce est arrivée exactement la même journée que celle de Québec qui soulignait, qu’à partir du 3 août, le nombre de personnes permis lors d'événements intérieurs et extérieurs passera de 50 à 250 personnes. Cette directive concerne notamment les entraînements et matchs sportifs.

Du côté de la Ville de Sherbrooke, on explique que la décision d’autoriser jusqu’à 300 personnes d’assister au match de la LBMQ opposant les Expos de Sherbrooke à l’équipe de Saint-Jean-Sur-Richelieu a été donnée mercredi.

On n’était pas nécessairement au courant de ce que le gouvernement allait annoncer, fait savoir Steve Lussier

On avait pris sur nous de regarder la capacité du stade Amédée-Roy. On voulait le rendre accessible à plus de personnes possibles, tout en gardant la distanciation. Le stade a une capacité de près de 1000 personnes. Avec 300 personnes, on est à environ 30 % de la capacité maximale, poursuit le maire de Sherbrooke.

Une analyse juridique effectuée

Steve Lussier dit avoir réalisé une analyse avec son équipe juridique et avance que les directives de Québec ne sont que des recommandations. Selon lui, la Ville ne serait pas en tort.

On se devait d’ouvrir le stade à la population pour un maximum de 300 personnes.

Steve Lussier, maire de Sherbrooke

Dans le stade, les règles de la santé publique devront être respectées, martèle-t-il. Il y aura des stations de lavage à l’extérieur et à l’intérieur. Il y aura aussi des points de vente de masques à l’entrée pour que les gens puissent en avoir, poursuit-il.

Nous avons tenté de joindre le ministère de la Santé et des Services sociaux pour avoir leur avis sur ce dossier, mais au moment d’écrire ces lignes, nous n’avions toujours pas reçu de réponse de leur part.

Du côté de la santé publique de l’Estrie, on explique qu’à partir du 3 août, les stades devront impérativement respecter le quota de 250 personnes maximum, tel qu’indiqué par Québec, jeudi.

La LBMQ soulagée

L’annonce de Québec était attendue de pied ferme par de nombreuses ligues sportives, notamment la LBMQ.

Il fallait que le gouvernement mette des balises claires pour des activités qui sont organisées avec un plan d’action, indique Robert Legault, relationniste pour les Expos de Sherbrooke et les Blue Sox de Thetford Mines. Les 250 personnes, on accueille ça très favorablement, poursuit-il.

Toutefois, il se pose de nombreuses questions par rapport à la distanciation physique dans de plus petits stades. Il y a beaucoup de parcs et de mini stades à travers le Québec dans lesquels on aura de la difficulté à appliquer [la directive] des 250 personnes, craint-il.

Si une salle de spectacle a une capacité de 300 personnes, le 250 personnes, ça ne marche pas.

Robert Legault, relationniste pour les Expos de Sherbrooke et les Blue Sox de Thetford Mines

Robert Legault croit que la santé publique aurait dû privilégier un pourcentage selon la capacité des lieux plutôt qu’un chiffre fixe.

Le Théâtre Granada prêt à rouvrir

Du soulagement se faisait également sentir du côté du Théâtre Granada de Sherbrooke. Sa directrice générale, Suzanne-Marie Landry, dit même avoir pleuré de joie. On attendait cette nouvelle avec impatience. On était prêts. La salle est prête. Toutes les mesures de la santé publique étaient déjà mises en place, assure-t-elle.

La salle de spectacles sherbrookoise, qui compte 1200 places, avait dû mettre à pied 86 personnes de façon temporaire lorsque le Québec a dû se confiner à partir du mois de mars. Elle pourra en rappeler plusieurs pour sa réouverture, indique Suzanne-Marie Landry.

Cette dernière ne sait pas encore si la salle de spectacles pourra être profitable avec cette limite de 250 spectateurs, mais elle espère pouvoir l’être notamment grâce à des soupers-spectacles.

Tout ce qui nous manque, c’est une programmation. On pourra travailler là-dessus pendant tout le mois d’août et on va être prêts à lancer quelque chose au mois de septembre, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !