•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Britanno-Colombienne traverse le Canada en vélo en 20 jours

Une jeune femme et son vélo.

Bianca Hayes a traversé le Canada en vélo pour amasser des fonds pour le cancer de l'ovaire.

Photo : Radio-Canada / Monia Blanchet

Radio-Canada

Une femme de North Vancouver, âgée de 29 ans, a traversé le Canada à vélo en 20 jours dans le but d’amasser des fonds pour la recherche sur le cancer des ovaires, après avoir perdu sa sœur à cause de cette maladie.

Bianca Hayes avoue qu'elle a encore les mains engourdies, après avoir serré très fort son guidon, au cours de son périple de près de 6000 kilomètres, de Vancouver à Halifax. Elle avait pour objectif de battre le record Guinness de la traversée la plus rapide du Canada effectuée en vélo par une femme. Pour ce faire, elle aurait dû terminer le voyage en 15 jours.

Même si elle n’a pas battu ce record, elle est tout de même fière de ce qu’elle a accompli.

C’était un objectif ambitieux. Je n’avais jamais fait quelque chose de semblable auparavant.

Bianca Hayes, cycliste

Il y a eu des orages, des éclairs, des semi-remorques, des conducteurs fous, mais c’était pour une bonne cause, rappelle la jeune femme. Son voyage lui a permis d’amasser 40 000 $ jusqu’à maintenant et elle aimerait pouvoir atteindre 100 000 $ d’ici la fin de l’année.

La maladie de sa sœur, un déclic

Bianca Hayes explique que la maladie et le décès de sa sœur, qui était dans la jeune trentaine, en 2018 l’ont forcée à se remettre en question. Elle a décidé de troquer sa vie passée dans la restauration et dans les bars pour un mode de vie plus sain.

Quelques mois après le diagnostic de sa sœur, son aînée de cinq ans, elle a trouvé un nouvel emploi et s’est inscrite avec ses nouveaux collègues à une course de vélo d'environ 200 kilomètres, Ride to Conquer Cancer, alors qu’elle n’avait pas fait d’exercice depuis 10 ans. Elle a eu la piqûre et s’est dit qu’elle pouvait faire quelque chose d’encore plus important.

Maintenant, quand j’ai une idée en tête, je ne me demande pas si je vais le faire, mais quand, dit-elle en riant.

Elle ajoute que les événements des dernières années l’ont complètement changée et qu’elle n'aurait pas imaginé prendre cette direction.

La situation dans laquelle on se trouve dans le présent ne nous définit pas pour le reste de notre vie. Il y a beaucoup de possibilités, conclut-elle.

Avec des informations recueillies par Monia Blanchet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !