•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump renonce à la tenue de la convention républicaine en Floride en raison de la COVID

Devant un lutrin, Donald Trump s'adresse aux journalistes en se tenant devant une carte géographique des États-Unis qui montre les régions du pays comptant le plus de cas.

Le président Trump a tenu son troisième point de presse sur le coronavirus en trois jours.

Photo : Reuters / KEVIN LAMARQUE

Invoquant sa responsabilité à « protéger le peuple américain » de la flambée épidémique, le président Trump a fait marche arrière, jeudi, et annoncé l'annulation de la portion de la convention républicaine qui devait, sous son initiative, se dérouler à Jacksonville, en Floride, à la fin du mois d'août.

J'ai regardé mon équipe et j'ai dit : "Ce n'est simplement pas le bon moment", a-t-il déclaré, ouvrant avec cette annonce son troisième point de presse quotidien consacré au coronavirus en autant de jours.

L'excitation de milliers de partisans qui voulaient désespérément participer à ce grand rendez-vous républicain quadriennal était au rendez-vous, mais une grande convention n'est pas une bonne idée dans les circonstances, a-t-il martelé, invoquant la hausse du nombre de nouvelles infections en Floride.

L'État est au cœur de l'éclosion de nouveaux cas aux États-Unis. Au cours de la semaine dernière, c'est en Floride que la flambée épidémique par rapport à la population a été la plus marquée, d'après le New York Times.

Je dois protéger le peuple américain. C'est ce que j'ai toujours fait. C'est ce que je vais toujours faire. C'est ce qui me définit.

Donald Trump

Après avoir insisté, au cours des dernières semaines, pour prononcer son discours d'investiture du Parti républicain devant une foule imposante, il a précisé que l'allocution restait à l'ordre du jour, mais sous une forme différente.

Les activités de moindre envergure qui devaient se tenir à Charlotte, en Caroline du Nord, auront toujours lieu, a indiqué Donald Trump. Nous aurons un joli quelque chose, a-t-il soutenu.

Selon CNN, les préparatifs pour déplacer une large part de la convention à Jacksonville ont englouti, en vain, des millions de dollars.

En entrevue au réseau Fox News en soirée, le président a affirmé montrer l'exemple par sa décision et a dit espérer que cela encouragerait les citoyens à pratiquer la distanciation sociale. Nous ne voulons pas que les gens soient si proches les uns des autres, a-t-il dit.

Il y a un mois, le président avait pourtant tenu un rassemblement partisan à Tulsa, en Oklahoma, même si les experts en santé publique qui conseillent son administration recommandaient d'éviter les regroupements. Il avait récidivé au début du mois de juillet, lors de deux événements liés à la fête nationale du 4 juillet.

Des circonstances défavorables

La propagation du coronavirus en Floride, où plus de 10 000 nouveaux cas ont été déclarés jeudi seulement, ne rendait pas les circonstances favorables pour la tenue d'un rassemblement important.

Plusieurs élus républicains avaient déjà indiqué qu'ils ne participeraient pas à la convention.

Les donateurs du parti, les responsables locaux et même les électeurs de la Floride remettaient de plus en plus en question la tenue de l'événement.

Selon un sondage de l'Université Quinnipiac publié jeudi, 62 % des résidents de cet État ne considéraient pas qu'il était sécuritaire de tenir la convention.

Il y a quelques jours, le shérif de Jacksonville a en outre soutenu que le service de police n'était pas en mesure d'assurer la sécurité à la convention en raison d'un manque de financement et de planification de l'événement, annoncé à la dernière minute.

Selon des sources du Washington Post et de CNN, les conseillers du président lui ont dit qu'annuler la convention serait vu comme un geste de leadership et pourrait accroître sa popularité.

Les sondages révèlent une chute de l'approbation du président, notamment quant à sa gestion de la pandémie. Une récente enquête d'opinion Washington Post-ABC News montrait une baisse de 28 points de pourcentage sur cet aspect depuis mars, 60 % des Américains désapprouvant la façon dont le président gérait la pandémie, contre 38 % qui l'approuvaient.

Mardi, le président a repris, après une interruption de trois mois, ses points de presse quotidiens sur la COVID-19, mais sans les membres du groupe de travail de la Maison-Blanche sur le coronavirus. Après avoir minimisé la pandémie pendant des mois, il a admis que la situation n'était pas près de s'améliorer.

Volte-face ironique

L'ensemble de la convention, qui doit se dérouler du 24 au 27 août, devait initialement se tenir en Caroline du Nord.

Devant le refus du gouverneur de cet État de garantir une convention remplie au maximum en raison des risques liés au coronavirus, les républicains, sous l'impulsion de Donald Trump, avaient cherché une autre ville pour la tenue des moments forts de l'événement, dont le discours du président.

Le choix s'est posé sur Jacksonville il y a six semaines.

Comme le contrat les liant à la Caroline du Nord les obligeait à y tenir des événements, les républicains avaient convenu d'y conserver les activités moins exaltantes et de réserver les discours d'orateurs clés pour la Floride.

À cause du gouverneur de Caroline du Nord, nous sommes contraints de chercher un autre État pour accueillir la convention républicaine 2020, avait dénoncé Donald Trump au début du mois dernier sur Twitter, reprochant au gouverneur d'être toujours dans un état d’esprit de confinement.

Il avait pressé les États de rouvrir leur économie dès avril.

Plus de 4 millions d'Américains ont été infectés par le coronavirus depuis le début de la pandémie, le nombre d'hospitalisations atteint des sommets et le nombre de victimes n'a pas été aussi élevé depuis la fin de mai.

Selon le COVID Tracking Project de la revue The Atlantic, les États-Unis ont frôlé jeudi un sommet de près de 59 846 hospitalisations, à moins d'une centaine de cas du record établi à la mi-avril.

Le nombre de morts signalés quotidiennement est également en augmentation. Mercredi, les autorités ont fait état de plus de 1100 morts, un bilan quotidien qui n'avait pas été aussi élevé depuis le 29 mai.

Avec les informations de Washington Post, New York Times, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !