•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 30 ans : la genèse du Bloc québécois

Affiche avec le slogan du Bloc québécois: On se donne le vrai pouvoir.

D'abord un mouvement, le Bloc québécois a participé à sa première élection en tant que parti politique en 1993.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 25 juillet 1990, en réaction à l’échec de l’accord du lac Meech, Lucien Bouchard annonce la formation du Bloc québécois. Retour en archives sur les événements qui ont mené à un parti politique fédéral ayant comme seul objectif la défense de la souveraineté du Québec.

L’idée d’une formation politique fédérale centrée sur le Québec germe le 21 mai 1990.

Ce jour-là, le ministre progressiste-conservateur Lucien Bouchard claque la porte de son parti pour siéger comme indépendant.

Lucien Bouchard est fortement en désaccord avec le rapport Charest, fruit d’un comité d’étude chargé de répondre aux demandes des différentes provinces afin d’éviter l'échec de l'accord du lac Meech.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 22 mai 1990

Ce rapport accrédite à peu près toutes les tentatives des ennemis de l'accord du lac Meech pour le diluer et asséner le coup de grâce au Québec, dénonce Lucien Bouchard en Chambre des communes.

L’analyse que fait Lucien Bouchard des recommandations du rapport présidé par le député progressiste-conservateur Jean Charest est aussi brutale que cinglante, souligne le journaliste Daniel L’Heureux au Téléjournal du 22 mai 1990.

Sa démission crée toute une commotion dans le gouvernement. Le premier ministre Brian Mulroney perd en Lucien Bouchard son lieutenant québécois et surtout, son porte-étendard de la réconciliation nationale.

L'avenir du Québec passe par la souveraineté-association, défend à présent Lucien Bouchard. Et il avertit du même coup la province de ne pas tomber dans le traquenard du rapport Charest.

Il faut refaire ce pays-là! Il ne marche pas ce pays-là!

Lucien Bouchard, ministre démissionnaire en 1990

Un mois plus tard, faute d’un accord unanime entre les dix provinces qui forment le Canada, l’accord du lac Meech est effectivement enterré.

La formation du Bloc québécois

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 25 juillet 1990

Le 25 juillet 1990, le ministre démissionnaire Lucien Bouchard a une seconde annonce à faire, comme en témoigne cet extrait du Téléjournal animé par Céline Galipeau.

Avec cinq ex-conservateurs déçus de l’échec de l’accord du lac Meech, il fonde un regroupement : le Bloc québécois.

Un groupe parlementaire qui n’est pas issu d’un seul parti puisque l’ancien libéral Jean Lapierre se joint aussi au mouvement.

Aujourd'hui, je me sens fier d'être du groupe de ceux et celles qui ont décidé de se tenir debout à Ottawa et qui ont choisi leur véritable priorité qui est celle de défendre les intérêts supérieurs du Québec.

Jean Lapierre, député de Shefford

La seule chose qui lie les membres du Bloc québécois est leur volonté de promouvoir la souveraineté du Québec à la Chambre des communes, explique la journaliste Louise Lafontaine.

Les députés indépendants sont ainsi appelés à voter librement sauf sur ce qui touche les champs d'intérêt du Québec.

Le groupe annonce par la même occasion qu’il fait front commun afin de soutenir le candidat souverainiste Gilles Duceppe dans l’élection complémentaire de Laurier-Sainte-Marie.

Le 13 août 1990, la victoire éclatante de Gilles Duceppe dans cette circonscription montréalaise sera un premier pari remporté pour le futur parti politique.

Le Bloc québécois aux urnes

Après un an d'existence, le Bloc québécois devient officiellement un parti politique, ce qui va lui permettre d'avoir son nom inscrit sur les bulletins de vote à côté de celui de ses candidats lors des prochaines élections fédérales.

Le présentateur Charles Tisseyre
Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 15 juin 1991

Au Téléjournal du 15 juin 1991, le présentateur Charles Tisseyre annonce la fondation du Bloc québécois comme parti politique.

L’objectif du Bloc québécois : ouvrir un second front souverainiste, cette fois à Ottawa.

En vérité, il y a deux peuples, deux loyautés, deux visions de pays, déclare le chef Lucien Bouchard à l’assemblée de lancement.  Il manque un pays dans ce pays. Il manque le Québec! 

Le Bloc québécois pourrait n’avoir qu’une bien courte existence, affirme le journaliste Claude Gervais dans son reportage, car le parti fédéral ne vise qu’à soutenir un prochain référendum au Québec.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Téléjournal, 26 octobre 1993

Le 25 octobre 1993, à ses premières élections fédérales comme formation politique, le Bloc québécois remporte 54 sièges et obtient 49,3 % des voix au Québec.

Lucien Bouchard devient ainsi chef de l’opposition officielle, une position inédite pour un parti indépendantiste à Ottawa.

La tâche s’annonce ardue, souligne la journaliste Julie Miville-Dechêne au Téléjournal, car seulement 10 des 54 élus du Bloc québécois ont de l’expérience parlementaire.

À Ottawa, le whip Gilles Duceppe s’affaire déjà à préparer l’arrivée des députés du Bloc qui devront être bien formés et encadrés.

Les politiciens du Canada anglais n'auront d'autre choix que de s'adapter à cette nouvelle force souverainiste à Ottawa, défend pour sa part le chef Lucien Bouchard au lendemain son élection victorieuse.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.