•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton impose le masque dans ses installations et les transports en commun

Des gens portent un masque.

Le masque sera obligatoire dès le 1er août à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Audrey Neveu

La Ville d'Edmonton imposera dès le 1er août le port du masque dans les transports en commun et toutes ses installations municipales.

Toutefois, les jeunes enfants, les personnes qui mangent et qui boivent, les personnes pratiquant une activité physique et celles ayant une contre-indication médicale n'auront pas à porter le masque.

La Ville d'Edmonton a déjà indiqué qu'elle privilégierait une approche éducative plutôt que punitive. Le conseil municipal devra passer au vote s'il veut imposer des amendes pour le non-respect du port du masque.

Cette décision fait suite à celle du conseil municipal de Calgary, qui a voté mardi pour imposer le port du masque dans les lieux publics intérieurs et les transports.

Le maire d'Edmonton, Don Iveson, a décidé d'agir, après que le gouvernement albertain ait refusé à de nombreuses reprises d'imposer le masque dans toute la province. Mercredi, le premier ministre Jason Kenney a affirmé qu'il s'attendait à ce que ce soient les municipalités qui décident d'imposer le masque ou non.

Cette décision n'a pas été prise à la légère , affirme Don Iveson. La Ville a mené un sondage en ligne auprès de plus de 3000 résidents d'Edmonton, du 14 au 21 juillet, qui démontrait que 76 % des répondants souhaitaient l'imposition du port du masque. Le nombre de cas actifs à Edmonton est également en hausse ces dernières semaines.

Cette décision fait passer la Ville d'Edmonton au niveau deux de son plan décisionnel concernant les masques. Mercredi prochain, le conseil municipal se réunira lors d'une session extraordinaire pour voter sur le passage au niveau trois du plan, soit l'imposition du masque dans les commerces de détail et les restaurants.

Des réactions mitigées

La Chambre de commerce d'Edmonton aurait voulu que le masque soit aussi imposé dans les commerces. De plus en plus, nous entendons que nos membres veulent que la protection aille dans les deux sens , affirme Janet Riopel, présidente-directrice générale de la Chambre de commerce d'Edmonton.

Selon elle, le port du masque dans tous les lieux publics permettra de rouvrir l'économie de manière plus sécuritaire. Elle promet de continuer à militer en ce sens.

D'autres croient au contraire que la Ville d'Edmonton va trop loin. Une trentaine de personnes ont manifesté contre le masque obligatoire devant l'hôtel de ville d'Edmonton, jeudi après-midi.

Une trentaine de personnes sont rassemblées devant l'hôtel de ville d'Edmonton, certaines avec des affiches contre les masques.

Les manifestants se sont donné rendez-vous au moment où le conseil municipal décidait d'imposer le masque.

Photo : Min Dhariwal

Carla Wilchuck, porte-parole du groupe de manifestants, s'inquiète des conséquences du port prolongé du masque sur la santé. Elle a aussi l'impression que le conseil municipal n'a pas assez écouté ses citoyens. Elle croit que ceux qui se sentent plus en sécurité en portant le masque sont toutefois libres de le faire.

Ils érodent la confiance des citoyens envers eux. Est-ce vraiment ce qu'ils veulent? , demande-t-elle.

Les habitants d'Edmonton auront l'occasion de se prononcer sur la question devant le conseil municipal lors de la session extraordinaire de mercredi prochain.

Avec les informations de Mirna Djukic

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique municipale