•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Producteurs serricoles : le tarif préférentiel n'est pas pour tout de suite

On voit des plants de poivrons sous une serre.

Les petites serres permettent d'accélérer le départ des cultures.

Photo : Radio-Canada / Bernard Laroche

La Presse canadienne

La plupart des producteurs serricoles de la province devront vraisemblablement s'armer de patience avant de pouvoir profiter du tarif d'électricité préférentiel qui leur a été offert afin de chauffer leurs installations et éclairer leurs végétaux.

Selon les documents récemment déposés par Hydro-Québec auprès de la Régie de l'énergie, la mesure devrait entrer en vigueur le 1er décembre à la suite d'audiences qui se tiendront au début du mois de novembre, pendant trois jours, devant l'organisme réglementaire.

Cet échéancier fait en sorte qu'il est peu probable que la plupart des serriculteurs puissent profiter dès cet hiver de l'élargissement du programme option d'électricité additionnelle pour l'éclairage de photosynthèse, a estimé jeudi le président des Producteurs en serre du Québec, André Mousseau.

Dans le cadre de l'annonce effectuée le 10 juillet dernier par le gouvernement Legault et la société d'État, les quelque 1000 producteurs en serre de la province allaient pouvoir bénéficier d'un tarif de 5,59 ¢ le kilowatt pour le chauffage et l'éclairage.

Cela pourrait se traduire par une réduction d'environ 40 % de leur facture énergétique, avait estimé le ministre de l'Énergie, Jonatan Julien, au moment de l'annonce.

Les producteurs de fruits et légumes, de fleurs et de plantes et même de cannabis bénéficieront de l'élargissement du programme offert par Hydro-Québec depuis 2013 aux très grands producteurs et qui ne comprenait que l'éclairage. Seulement 23 serres y ont actuellement recours.

La Régie de l'énergie n'a pas voulu commenter le déroulement du processus, jeudi. En vertu du processus, un intervenant pourrait demander un tarif provisoire, le temps que l'organisme rende sa décision sur le fond. Cela pourrait permettre d'accélérer les choses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !