•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Rimouski cherche l'origine de la bactérie E. coli détectée au centre-ville

Un robinet avec une goutte.

L'eau ne peut être consommée telle quelle dans un certain secteur du centre-ville de Rimouski.

Photo : Radio-Canada/Simon-Marc Charron

Radio-Canada

La Ville de Rimouski est toujours à la recherche de ce qui a pu causer la présence de la bactérie E. coli dans l'eau qui alimente une partie du centre-ville. Chez les commerçants, on espère que tout va rentrer dans l'ordre rapidement.

Des résultats d'échantillonnage obtenus mercredi soir confirment que la bactérie E. coli a été détectée dans le réseau d'aqueduc du quadrilatère entre le boulevard René-Lepage Est et la rue Saint-Pierre, et de l’avenue de la Cathédrale à l’avenue Léonidas Sud.

Selon le directeur général de la Ville de Rimouski, Claude Périnet, on ignore pour l'instant ce qui a causé la présence de la bactérie dans l'eau.

Ça peut être une pression négative qui a été amenée dans le réseau en lien avec, peut-être, une réparation, avance-t-il. Ça peut être une erreur d'échantillonnage. Ça peut être une mauvaise manipulation. Ça fait quand même plusieurs années que je suis dans le milieu. Ce que je peux vous dire, c'est que ça m'est arrivé deux fois dans ma carrière. Donc, ce n'est quand même pas quelque chose de très courant.

Claude Périnet, directeur général de la ville de Rimouski, lors d'une séance du conseil municipal.

Claude Périnet, directeur général de la ville de Rimouski. (archives)

Photo : Radio-Canada

La Ville demande donc aux citoyens concernés de faire bouillir l’eau à fort bouillon pendant au moins une minute avant de la consommer ou d’utiliser de l’eau embouteillée, tant pour les biberons et les aliments pour bébé que pour le brossage des dents.

L'eau du robinet peut toutefois être utilisée pour préparer des aliments dont la cuisson exige une ébullition prolongée comme des pâtes, pour le lavage de la vaisselle avec du détergent ou pour se laver.

Mais la Ville tient à se faire rassurante. Les résultats révèlent une très faible présence de la bactérie. Nous suivons la situation de près en partenariat avec la Santé publique pour la sécurité de la population et conformément à la procédure du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques qui doit être appliquée dans de telles circonstances, a indiqué Claude Périnet, dans un communiqué.

Les commerçants s'adaptent à la situation

Chez les commerçants, on aimerait que la situation se règle le plus rapidement possible.

À l'hôtel Rimouski, tous les clients avaient été avisés hier soir de ne pas consommer d'eau courante. Le directeur général, Éric St-Pierre, dit avoir acheté 10 000 bouteilles d'eau, au cas où la situation s'étirerait sur plusieurs jours.

Des gens masqués marchent sur la rue piétonne à Rimouski.

Les commerçants des Terrasses urbaines doivent aussi s'adapter.

Photo : Radio-Canada / Alain Fournier

À la boulangerie et pâtisserie Les Gourmandises d'Olivier, la présence de la bactérie complique la production de pain puisque l'eau entre dans la fabrication. On a commencé tout de suite à faire bouillir l'eau, indique la propriétaire, Sandrine Duplessy. Il faut dire que ça augmente notre consommation de gaz. Aussi, on est allés acheter de grosses cruches d'eau pour les clients.

La chocolatière dans sa pâtisserie devant un présentoir de chocolat

La copropriétaire de Pâtisseries & Gourmandises d'Olivier, Sandrine Duplessy (archives)

Photo : Radio-Canada

Quant à Frédérique Bélanger, du restaurant Chez Germaine, elle assure que tout est mis en oeuvre pour assurer la sécurité des clients.

Pour que l'avis d'ébullition d'eau soit levé, il faut qu'aucun test ne révèle la présence de la bactérie pendant deux jours de suite. Si des résidents ressentent des maux de ventre ou des nausées après avoir consommé de l'eau, la Ville leur demande de communiquer avec Info-Santé au 811.

Avec les informations de Marie-Christine Rioux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !