•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La majorité des parents veut que le masque soit obligatoire à l'école, selon un sondage

Une femme masquée mesure la distance entre deux pupitres.

Des parents pourraient être rassurés par le port du masque à l'école (archives).

Photo : Getty Images / izusek

Un sondage non probabiliste de la firme Léger suggère que la majorité des parents britanno-colombiens seraient favorables au port du masque à l’école en septembre. La médecin hygiéniste en chef de la province Bonnie Henry écarte toutefois ce scénario. Les intervenants contactés par Radio-Canada se fient aux recommandations des autorités sanitaires.

Ce sont 73 % des parents d’enfants d’âge scolaire parmi les répondants qui pensent que les enfants devraient porter un masque à l’école de façon obligatoire au moins à certains moments de la journée en Colombie-Britannique.

Un peu plus de la moitié de ces répondants, soit 51 %, pensent qu’il devrait être obligatoire en tout temps à l’école ou dans un autobus scolaire. Les 22 % restants estiment que le masque ne devrait être obligatoire qu’en dehors de cours, pendant la récréation, le dîner et dans un autobus scolaire.

Non. Il n’y aura pas de port obligatoire du masque à l’école pour les enfants, a cependant tranché la Dre Bonnie Henry en point de presse mercredi. D’autres mesures sont à privilégier pour fournir un environnement sécuritaire aux enfants, selon elle.

La Dre Henry évoque notamment la distanciation physique, les plus petits groupes et l’installation de barrières. “Porter un masque durant de longues périodes n’est recommandé par personne”, affirme-t-elle.

En Colombie-Britannique, plus de répondants réclament le masque comparé à la moyenne canadienne. Au Canada en général, 62 % des parents interrogés pensent que le masque devrait être obligatoire à l’école, au moins en dehors des cours.    

Les enfants pourraient s’habituer

Moi je crois que ce serait une bonne idée que les enfants s’habituent à porter des masques, dit Kariann Aarup, mère de deux élèves d'écoles francophones à Victoria. Ses propres enfants le portent déjà lorsqu’ils sortent de la maison.

Je pense que les enfants ont une grande capacité d’adaptation, affirme Marie-Andrée Asselin, qui est directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique.

La priorité de la Fédération est que les élèves aient accès à une bonne éducation dans des conditions sécuritaires. Si ça prend le port du masque pour qu’ils aient accès à l’enseignement en présentiel, pourquoi pas?, demande Mme Asselin. La Fédération se fie aux recommandations des autorités sanitaires.

Des parents inquiets

En Colombie-Britannique, 63 % des parents répondants ont indiqué être inquiets de voir les enfants retourner à l’école en septembre. C’est tout près de la moyenne canadienne, où 62 % des parents interrogés se disent inquiets.

Ce n’est cependant pas le cas dans toutes les provinces. Au Québec par exemple, seulement 33 % des parents répondants se disent inquiets de voir leurs enfants retourner à l’école.

Une inquiétude que le port du masque pourrait mitiger. Moi ça me rassurerait aussi en tant que parent de savoir qu’au moins il y a cette précaution de prise à l’école, affirme Kariann Aarup. Elle veut que ses enfants puissent retourner à l’école, mais elle ne veut pas les mettre en danger. Selon elle, le masque ajouterait un niveau de précaution.

Si la COVID-19 peut atteindre les plus jeunes, les enfants sont beaucoup moins susceptibles de connaître des conséquences graves s’ils sont infectés.

En attente des recommandations

Appelé à réagir par Radio-Canada, le Conseil Scolaire Francophone de la Colombie-Britannique (CSF) a refusé de commenter le sondage. Le CSF suit les recommandations de la santé publique, a-t-on simplement indiqué par courriel.

La Commission scolaire de Vancouver (VSB) a également indiqué par courriel suivre les recommandations des autorités sanitaires. Pour l’instant, le port du masque est un choix personnel à la VSB, et il est important de traiter les gens qui portent un masque avec respect, peut-on lire dans une fiche d’information sur leur site Web (Nouvelle fenêtre).

Pour la Fédération des enseignants de la Colombie-Britannique (BCTF), c’est aux parents qu’appartient le choix que leurs enfants portent ou non un masque. En ce qui concerne les enseignants, les masques devraient être fournis par l’employeur et le port devrait être optionnel, soutient la BCTF par courriel.

Par ailleurs, le sondage révèle que la majorité des parents répondants, au Canada (70 %) comme en Colombie-Britannique (83 %), estiment que le nombre d’enfants par classe devrait être réduit à la moitié ou moins de la normale.

Ces répondants se disent également pour la plupart favorables à une semaine d’école hybride divisée entre des jours de cours à l’école et d’autres à la maison.

Méthodologie :

Léger a mené ce sondage (Nouvelle fenêtre) entre le 17 et le 19 juillet auprès de 1524 Canadiens et 1004 Américains sélectionnés à partir du panel représentatif LEO (Leger Opinion) à l’aide de la technologie d’interview Web assistée par ordinateur CAWI (Computer-assisted Web interviewing technology). Une marge d’erreur ne peut être calculée sur un échantillon non probabiliste comme celui-ci, mais à titre comparatif, un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de ± 2,52 %, et ce, 19 fois sur 20 pour l’échantillon canadien et de ± 3,09 %, et ce, 19 fois sur 20 pour l’échantillon américain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !