•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les défis du port du masque pour les personnes sourdes et malentendantes

Deux masques avec visière permettant la lecture sur les lèvres sont suspendus à un crochet.

Des masques avec une visière permettent aux personnes sourdes ou malentendantes de lire sur les lèvres.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Radio-Canada

Des personnes malentendantes de l’Outaouais soulèvent les nombreux défis posés par le port du masque obligatoire. Elles sont incapables de lire sur les lèvres et souhaitent sensibiliser les gens à leur réalité.

Francine Roussy Layton est psychologue dans la région d’Ottawa. Elle a également un problème de surdité. Normalement, elle n’a aucune difficulté à comprendre les autres. Mais depuis l’arrivée du masque, la réalité est bien différente.

Elle explique devoir déterminer si je dois prendre le risque de demander à la personne d’enlever son masque et de m’exposer à ce qui pourrait m’être transmis, ou de faire semblant que j’ai compris, tandis que je n’ai rien compris.

J’ai été obligée de dire aux gens que je suis malentendante, alors que normalement, je ne suis pas obligée de le dire.

Dre Francine Roussy Layton

Mme  Roussy Layton s’est procuré des masques avec une visière transparente. Elle n’hésite pas à en donner pour faciliter la communication avec des gens qui la fréquente régulièrement.

La psychologue Francine Roussy Layton accorde une entrevue à Radio-Canada

Francine Roussy Layton n'a pas hésité à distribuer des masques aux gens qui la fréquentent.

Photo : Radio-Canada

La psychologue explique également que toutes les personnes — pas seulement les malentendantes — perdent une partie de la communication en raison du masque. Les émotions qui sont normalement visibles sont davantage cachées par le masque opaque.

Nancy McLaughlin est sourde depuis l’âge de 7 ans. La résidente de Gatineau a des implants cochléaires et elle doit absolument lire sur les lèvres pour comprendre les autres. Pour elle, le masque est donc un défi de taille.

C'est comme un mur. Et je ne suis pas capable de voir ce qu'il y a de l'autre côté.

Nancy McLaughlin, résidente de Gatineau

Elle a dû s'ouvrir et avouer ses problèmes d’audition. En montrant notre handicap, on montre qu’on est différent et c’est difficile, explique Mme McLaughlin. Mais en même, elle raconte que cela permet aux gens d’être plus flexibles.

Nancy McLaughlin dans la rue.

Nancy McLaughlin vit plusieurs difficultés depuis que le port du masque est obligatoire.

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

La mésaventure vécue par Rosalie Taillefer-Simard — la fille de René Simard et Marie-Josée Taillefer — illustre les difficultés que pose le port du masque aux personnes sourdes ou malentendantes qui lisent sur les lèvres. Elle s'est fait refuser l'accès à un magasin en raison de son masque.

Les malentendants doivent parler

La présidente d’Audition Québec, Jeanne Choquette, est d’avis que les malentendants doivent parler de leurs difficultés d’audition. Il faut le dire qu’on est malentendants. À Audition Québec, on a des macarons, des autocollants qui vont sur les cellulaires pour dire qu’on lit sur les lèvres, lance-t-elle.

Jeanne Choquette, présidente d'Audition Québec, porte un masque avec visière qui permet la lecture sur les lèvres.

Jeanne Choquette aimerait que plus de gens aient accès au masque avec visière.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Mme Choquette raconte avoir demandé au ministère de la Santé et des Services sociaux de s’équiper de masques inclusifs. Elle a appris que le ministère a finalement acheté 100 000 masques de procédure qui permettent de lire sur les lèvres. Ces masques, approuvés par Santé Canada, seront distribués dans le réseau de la santé en août.

C’est pour elle un pas dans la bonne direction, mais elle souligne que l’effort devrait être élargi aux écoles. On reçoit plein de messages de gens qui ont des enfants malentendants à l’école ou à la garderie, précise-t-elle.

Un masque blanc muni d'une visière pour permettre de lire sur les lèvres.

Un masque avec une visière intégrée peut permettre aux personnes sourdes ou malentendantes de lire sur les lèvres.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Mme Choquette explique que les masques opaques représentent également un bris de communication pour les personnes autistes, les personnes âgées et les personnes qui apprennent la langue, comme les immigrants ou les enfants.

Aucun masque homologué n’est disponible pour l’instant. Cependant, plusieurs couturières offrent des masques artisanaux qui permettent la lecture sur les lèvres.

Comment réagir en présence d’une personne malentendante?

Jeanne Choquette propose plusieurs trucs afin d’être respectueux des personnes sourdes ou malentendantes.

Si la personne est malentendante, demandez-lui : "Comment est-ce que je peux vous aider?"

Jeanne Choquette, présidente Audition Québec

Elle poursuit en expliquant que vous pouvez parler un peu plus fort, sans crier toutefois. Il est aussi possible de parler moins vite, de faire des phrases plus courtes, de reformuler, de faire des gestes ou d’utiliser un papier et un crayon.

Avec les informations de Fiona Collienne et de Roxane Léouzon

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Coronavirus