•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Responsabilité des routes : le maire de Tracadie se sent trahi par la province

Le maire de Tracadie, Denis Losier

Le maire de Tracadie, Denis Losier.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Tracadie, Denis Losier, se sent trahi par le gouvernement provincial au sujet de la gestion des routes.

Alors qu'il s'attendait à des rencontres avec des représentants du gouvernement provincial, l'automne prochain, sur l'épineuse question de la gestion des routes, Denis Losier affirme qu'il a été surpris de constater que le sort en était jeté en consultant la Gazette royale du Nouveau-Brunswick.

Cette publication gouvernementale a indiqué, dans son édition du 22 juillet 2020 (Nouvelle fenêtre), que la gestion des routes relèverait désormais de la Municipalité régionale de Tracadie.

[L]es routes ou tronçons de route énumérés [...] cessent d’être sous le contrôle du ministre des Transports et de l’Infrastructure le 16 juin 2020 et passent, après cette date, sous la compétence la Municipalité régionale de Tracadie, peut-on lire.

« C'est une douche froide. »

— Une citation de  Denis Losier, maire de Tracadie

Avant la fusion avec les communautés voisines, il y a six ans, l'ancienne municipalité de Tracadie-Sheila devait s'occuper de 75 kilomètres de routes, explique le maire. Mais avec la création de la Municipalité régionale de Tracadie, s'ajoute la responsabilité de plus de 270 kilomètres de routes, selon lui.

Des travaux de construction à Tracadie.

Le maire considère que Tracadie en a déjà plein les bras avec la gestion des routes dans l'ancien Tracadie-Sheila.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Le transfert des routes s'est effectué, dit-il. Pour nous c'est une mauvaise surprise. On parle de la viabilité de la municipalité. On n'a pas la capacité financière de prendre en charge autant de routes. C'est inacceptable, d'autant plus qu'on devait avoir des rencontres avec le gouvernement, justement pour en arriver à un terrain d'entente sur la gestion des routes.

« La viabilité de la municipalité est menacée. »

— Une citation de  Denis Losier, maire de Tracadie

À ses yeux, ce sont des dizaines de millions de dollars de plus qui devraient provenir de la province pour que la ville soit en mesure de s'occuper de ces routes.

Nous n'aurons pas le choix d'augmenter les taxes, soupire-t-il.

Le maire de Tracadie parle déjà d'une rencontre avec tous les membres du conseil municipal pour convenir d'une marche à suivre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !